Après avoir douté, pesté, prié, voté…, le temps est désormais à la reconstruction de notre pays, sous la houlette de notre nouveau Président Emmanuel Macron.

Si certains l’encensent déjà tandis que d’autres le détestent toujours, force est de constater que son habileté politique lui aura permis de débuter son quinquennat sous de bons auspices et de retourner une partie de la population pour obtenir aujourd’hui la confiance de 64 % des Français, dans un bon équilibre entre sympathisants de droite et de gauche.

Stéphane Coltice

Il est vrai que l’homme dispose d’indéniables atouts. Le premier est évidemment sa jeunesse, qui permet de rêver à une France nouvelle et dépoussiérée de ses mauvaises habitudes, politiques, économiques, sociétales. Mais à la fougue de son âge, se rajoutent aussi un véritable charisme, une volonté de convaincre et un sens éprouvé de la stratégie. Enfin, en l’emportant face à Marine Le Pen, notre nouveau Président profite de l’enthousiasme de nos partenaires européens et du regard bienveillant du reste du monde, autorisant ainsi ses électeurs – au moins provisoirement – à être de nouveau fiers de leur pays. Un sentiment que l’on croyait disparu…

Mais après avoir brillé sur papier, il est désormais temps pour lui de se frotter à la réalité. Et son premier dossier n’est pas le plus simple, puisqu’il s’attaque bille en tête à la réforme du Code du travail, dans la continuité de travaux défendus en 2016 par Myriam El Khomri. On se souvient encore à quel point cette affaire s’était avérée glissante pour le gouvernement en place, aboutissant à un 49.3 qui n’avait satisfait ni le patronat, ni le salariat. Pourtant, Emmanuel Macron remet immédiatement l’ouvrage sur l’établi, bien décidé à pousser le bouchon un peu plus loin. L’homme a en effet tout à prouver dans sa nouvelle fonction, et peu de temps pour convaincre avant l’épreuve des législatives qui pourraient, en fonction des résultats, renforcer sa légitimité ou au contraire le laisser relativement désemparé… La gestion de ses premiers dossiers aura forcément un impact déterminant.

« APRÈS AVOIR BRILLÉ SUR PAPIER, IL EST DÉSORMAIS TEMPS POUR EMMANUEL MACRON DE SE FROTTER À LA RÉALITÉ.« 

Les représentants patronaux semblent pour l’instant se frotter les mains aux propositions du Président visant une meilleure flexibilité du travail, un encadrement des indemnités prud’homales, ou la fusion des instances de représentation du personnel. La négociation avec les syndicats de salariés sera sans doute plus tendue ! Des éclaircissements seront également attendus, notamment sur le financement de certaines actions telles que l’extension du droit au chômage pour tous, y compris démissionnaires et chefs d’entreprise. Quelle contrepartie sera appliquée ? Car le principe est désormais rodé et connu : ce qui est donné d’une main est repris de l’autre, condition sine qua non pour préserver un budget étatique déjà bien mal en point.

Les derniers sondages révèlent l’envie actuelle des électeurs d’accorder une majorité à la République En Marche aux élections législatives. Son positionnement sur la scène internationale, ses rencontres avec Trump et Poutine, ou encore sa capacité à apparaître comme un véritable chef des armées dans le climat post-Manchester seront donc particulièrement analysés par tous les acteurs de la vie politique. Chaque erreur lui coûtera inévitablement quelques points. En attendant, la Macronmania continue…

 

Stéphane Coltice
Directeur délégué de la publication
s.coltice@eco-ain.fr

Trump, Macron et Philippe vus par Faro