Il arrive qu’il faille faire davantage avec moins! C’est le cas, en particulier, en période de crise, autrement de récession conjoncturelle. Peut-être est-il dès lors opportun de rappeler ce qui distingue la notion d’efficacité de celle d’efficience.

Efficacité / Efficience
Le premier signifie «doing the right things» qui pourrait se traduire par: «Faire les choses justes», le deuxième signifie «doing the things right» qui pourrait se traduire par: «Faire juste les choses».

Exemple: une entreprise voit son carnet de commandes «fondre comme neige au soleil»; que fait-elle pour assurer sa pérennité? Elle cherchera à diminuer ses coûts et, par exemple, diminuera le coût de ses charges salariales, ce qui revient en général à diminuer le nombre de ses employés. Sa productivité (c’est le quotient de la production obtenue par les moyens mis en œuvre) s’en trouvera alors améliorée! Et nous pourrons en déduire que l’entreprise aura fait preuve d’efficience. Mais aura-t-elle fait preuve d’efficacité? Dans la mesure où l’on assiste à un transfert de charges du secteur privé (entreprise) vers le secteur public (assurance-chômage étatique), la question reste ouverte…

Autre exemple: l’automobiliste Aimable Bontype arrive sur les lieux d’un accident survenu en rase campagne et charge le blessé à bord de son véhicule; il fonce en direction de l’hôpital le plus proche. Sur la banquette arrière le blessé perd son sang et geint beaucoup… du coup Aimable Bontype accélère encore et se fait hélas flasher par le radar caché derrière le muret… Il arrive à-temps à l’hôpital pour que le blessé soit sauvé! Action efficace s’il en est, mais action non efficiente puisque notre automobiliste bien intentionné sera sanctionné d’une amende salée pour ne pas avoir respecté le code de la route (LCR art. 32 )…

Rentabilité ≠ productivité
Autre mélange de notions fréquemment rencontrées: rentabilité ≠ productivité. Le premier mesure le rapport entre les profits réalisés et les capitaux engagés (fonds propres): une pure notion de l’économie de marché (libérale) puisqu’on y retrouve la notion de profit alors que la productivité mesure le rapport entre l’output (numérateur) et l’input (dénominateur):

productivité =production réalisée / moyens mis en œuvre

Quel est l’étudiant qui a réalisé la meilleure performance:
– Anne qui a reçu la note 4
– Julie qui a reçu la note 5
– ou François qui a reçu un 6
Sachant que François a consacré 3 heures à réviser ses cours, Julie 1 heure et Anne seulement une demi-heure (ce qui est finalement bien logique au vu des résultats obtenus, non?) qui, de ces trois étudiants, a la meilleure productivité? (réponse en bas de page*).
Ce raisonnement prend une signification particulière en temps de récession économique caractérisée par une réduction de la productivité des facteurs de production «libres», entendez par là les entreprises privées. Il y a moins de business il y a moins de productivité. Par contre, pour l’Etat, dont les ressources (input) restent en principe les mêmes (on ne licencie pas un fonctionnaire n’est-ce pas?), il serait judicieux de chercher en ces temps difficiles un «plus» d’output, autrement dit un «plus» de production. Est-il raisonnable, voire justifiable, de chercher à augmenter la production de l’Etat sachant que plus de 80% de celle-ci est constituée de services? Certainement que oui! ce gain de productivité contribuera alors à l’amélioration (ou à la non-détérioration) du PIB – les spécialistes des prévisions économiques annoncent une baisse de 2,5% du PIB pour l’année en cours!!! Or l’agrégat PIB profite à toute la nation je lance cet appel à tous les employé(e)s de bonne volonté actuellement au bénéfice d’une relation contractuelle avec l’Etat-employeur: un gain de productivité est possible grâce à davantage d’efficacité doublée d’un accroissement d’efficience. Il en résultera obligatoirement un delta positif en terme de valeur-ajoutée qui profitera à l’ensemble de la collectivité.

*Résultat du petit calcul de la productivité:1er rang pour Anne avec une productivité = 8, 2ème rang pour Julie avec une productivité = 5, 3ème rang pour François dont la productivité = 2.

Pierre Leuenberger, Économiste HES

img12416.jpg

Les abeilles sont-elles plutôt efficientes ou efficaces?