Le Zentrum Paul Klee inaugure sa nouvelle exposition temporaire, Eiapopeia. L’enfant en Klee. Quelque 130 dessins et travaux en couleurs de la collection sont présentés en compagnie de l’installation poétique Karussell de l’artiste belge Carsten Höller. Des courts métrages des frères Lumière complètent l’exposition.

Un carrousel est installé au milieu du Zentrum Paul Klee (ZPK). Point d’entrée et axe de l’exposition, il est comme cette dernière: il tourne autour de l’enfant. Eiapopeia. L’enfant en Klee est aussi la dernière exposition temporaire organisée dans le cadre du thème 2011 du ZPK qui est, précisément, l’enfant.

Le carrousel pour enfants de l’artiste belge Carsten Höller ne tourne pas à un tempo infernal, mais au contraire avec une lenteur infinie – et en sens inverse, ce qui pourrait atténuer quelque peu la frustration de ne pouvoir s’y installer. Les courts films des frères Lumière sont plus dynamiques. Les images prises au temps des pionniers du cinéma donnent l’impression que le temps s’est arrêté. Les saynètes filmées par les Lumière montrent clairement la rapidité avec laquelle le jeu paisible des enfants peut dégénérer en dispute déchaînée. Elles révèlent le comportement sans détours des enfants – un état de fait intemporel s’il en est.

A côté de la mécanique du carrousel et des images de cinéma, l’œuvre de Paul Klee (1879–1940) forme naturellement le cœur de l’exposition. L’enfance est l’un des motifs privilégiés de l’artiste, qui avait redécouvert ses propres dessins d’enfant en 1902. Impressionné par les gribouillages enfantins, il a intégré, plus tard, ses dessins dans son catalogue d’œuvres, les considérant dès lors comme des œuvres à part entière. L’exposition Eiapopeia. L’enfant en Klee présente environ 130 dessins et travaux en couleur appartenant à la collection du ZPK. Comme dans les films des Lumière, les œuvres ne montrent pas seulement des bambins gentils et charmants, mais aussi des enfants en colère et agressifs. Les œuvres évoquent les «méchants» ou les victimes et ne sont pas, à priori, naïfs: en bon observateur, Paul Klee savait que les enfants peuvent aussi être de rusés calculateurs pour embobiner leur «victime». L’exposition s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

img18584.jpg

Carsten Höller, Carrousel, 1999, médias mixtes, Vanmoerkerke Collection, Belgique © ProLitteris, Zürich