""Alain Breuil, conseiller municipal de Grenoble et conseiller régional Auvergne Rhône-Alpes, candidat aux législatives de l'Isère de la 10e circonscription, et Nathalie Germain, sa suppléante, parcourent le territoire. Ils sont candidats FN dans la 10e Circonscription.
Alain Breuil est âgé de 58 ans. Il est ingénieur “Arts et Métiers”. S’il en est à son troisième mandat de conseiller régional, il a une vie professionnelle des plus intenses. En effet, il a un restaurant en Bourgogne. Et en terme de mandat municipal, il en est également au troisième. Avant d’être conseiller municipal à Grenoble, il a effectué un mandat dans le département du Rhône.
Fort de son expérience professionnelle, il estime que ces compétences ne sont pas non négligeables pour lui permettre d’évoluer au sein de l’hémicycle du Conseil Régional Auvergne Rhône-Alpes. “Je suis connu. Vous n’avez qu’à évoqué mon nom à un élu du Conseil Régional. Alain Breuil, ça leur parle”, nous dit le candidat investit par le FN. Pour lui, être élu Député, c’est avant tout être un élu de la Nation. “C’est ma conception. Nous ne sommes pas l’assistante sociale en chef”, ajoute t’il.
Il est également convaincu que le FN aura des candidats qui siègeront à l’Assemblée Nationale. “Dans tous les cas, ces législatives nous réservent des triangulaires. C’est sûr. Il n’y a qu’à voir les chiffres obtenus lors des présidentielles. Il va se passer des choses. Je ne suis pas devin, mais les faits sont là. L’opinion publique s’est exprimée. Le FN adopte un discours différent, et nous serons la première force d’opposition du gouvernement si celui-ci obtient la majorité. En ce qui concerne l’Euro, on est en train de terroriser les gens. L’Euro a fluctué par rapport aux Dollars. Les gens s’en sont-il rendus compte ? Ils ne se sont pas apauvris pour autant”, explique Alain Breuil.
Certes, il regrette le départ de Marion Maréchal Le Pen. “Il s’agit là d’une pause. Elle reviendra. C’est quelqu’un de courageux”, nous dit encore Alain Breuil.
Mais pour ce candidat au parcours atypique, rien ne semble entraver son optimisme. Sans doute parce qu’il a plus d’une corde à son arc. La vie ne l’a pas épargnée. Face à un souci de santé important, il en est sorti plus fort. Depuis, plus rien ne l’arrête.
Quant à la campagne des Législatives, le FN l’a joue modeste. “Nous avons un journal de campagne. Pour le reste, nous faisons les marchés pour rencontrer les gens, les écouter et répondre à leurs questions et autres inquiétudes. Et nous organisons une réunion publique le vendredi 2 juin.”

Nathalie Germain, une suppléante bien ancrée sur le territoire
Nathalie Germain a 50 ans. Elle est née et réside depuis toujours à Saint-Clair-de-la-Tour. Ses parents étaient commerçants et co-fondateurs du CIDUNATI (mouvement pour la défense des commerçants et des artisans avec Gérard Nicoud). Coiffeuse de métier, elle est très proche des habitants et au cœur de leurs préoccupations et de leurs attentes. Nathalie Germain s’investit également dans les associations locales.
“Dans le canton de La Tour-du-Pin le Front National est arrivé en tête dans toutes les communes lors des élections Européennes de juin 2014 et lors des dernières présidentielles, les scores étaient relativement haut. Le FN est, dans certains villages, arrivés en tête”, ajoute Nathalie Germain.
Au programme du FN, il y a quatre grands thèmes : l’école, l’emploi, la sécurité et le terrorisme.
Ainsi, le FN veut redonner aux entreprises françaises la capacité à se développer. La priorité des mesures devra porter, à la fois sur la fiscalité et la simplification administrative. L’élan et le potential des entreprises ne doivent plus être paralysés par les démarches administratives et des cotisations trop lourdes. Les entrepreneurs ont du talent. Aussi faut-il leur facilier la vie au service de l’économie réelle.
On peut encore lire, dans les programmes, que la création d’emplois impliquera également de rétablir les droits de douane dans le cadre d’un protectionnisme intelligent. Les députés Front National s’attacheront en ce sens à légiférer en vue de promouvoir “l’acheter français, embaucher français”, condition du redressement national.
Carole Muet


2018-06-01