""""Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a de nombreux prétendants sur la 6e circonscription, même si ce n’est pas celle-ci qui bat tous les records, en nombre de candidats déclarés.
Intéressons-nous au candidat de la France Insoumise investi dans la 6e circonscription. Il se nomme Michael Aydin, et ce n’est pas un inconnu, loin s’en faut.
Né en Turquie en février 1968, Michael Aydin est arrivé en France alors qu’il n’avait que 5 ans. Il raconte : “Nous avons vécu à Saint-Étienne (Loire). J’y suis resté jusqu’à l’âge de 34 ans. Je suis marié et père de quatre enfants (3 garçons et 1 fille). L’aîné à 21 ans et ma fille, 7 ans. J’ai fait l’essentiel de mes études à Saint-Étienne, de l’école primaire jusqu’à l’IUT. Diplômé d’un DUT en génie mécanique et productique, j’ai passé un an à Edimbourg (Écosse), dans le cadre du DUETE, via le programme Erasmus, voilà pour ma formation initiale. De retour en France, en 1993, j’ai commencé à travailler chez NC Numéricâble, pour commercialiser des abonnements au réseau câblé. Au bout de quatre ans chez NC et de travail auprès des particuliers, j’ai décidé de changer d’emploi et j’ai été recruté par Danka en 2000, sur Lyon. Parallèlement, j’avais repris mes études et j’ai passé et obtenu un DESS en cours du soir. Au bout de huit ans, en 2008, j’ai quitté Danka, pour créer mon cabinet de conseil, AMC (Aydin Michael Conseil). La crise des sub-primes, venant des États-Unis, est passé par là et j’ai dû renoncer à mon activité entrepreneuriale pour retrouver un job de salarié. Par la suite, je suis rentré dans une multinationale où je suis toujours. Je travaille à Chaponnay, en qualité de responsable commercial, et tous les jours, comme 30 % des Nord-Isérois, je me rends sur la région lyonnaise.”

Une évolution naturelle vers la politique
À la tête d’une petite tribu, Michael Aydin s’investit dans le monde associatif. Ainsi, il devient délégué de classe. Puis, on le retrouve président d’association. Enfin, de membre de conseil d’administration à président de conseil de quartier de Montbernier, il n’y avait qu’un pas à franchir. Ce qu’il a su faire avec beaucoup de facilité. D’ailleurs, il le dit lui-même, il a toujours été présent dans le milieu associatif. Et de préciser : “La création de notre première association date de 1993, à mon retour d’Écosse. Elle s’appelle “les 100 pensées”. Elle a pour but d’enseigner le jeu d’échecs aux enfants des quartiers populaires.” Notez au passage que ce club d’échecs a évolué. Il est devenu un “Cercle”. Cette association est toujours en activité. Pour Michael Aydin, ce don de soi, cette notion de partage, cette vision progressiste, considère à juste titre qu’il vaut mieux apprendre à pêcher que de ramener du poisson à quelqu’un tous les jours. Une philosophie de vie qui continue d’être son fil conducteur. Et cela ne s’arrête pas là. 
Pour Michael Aydin, les choses sont claires : “Pour moi, nos compétences nous obligent à les mettre au service des autres, pour le bien de la Société, avec un grand “S”. Le passage vers la politique a été une évolution naturelle.” D’ailleurs, Michael Aydin a fait partie de la section PS Pierre Oudot pendant six ans. C’est en 2013, lors de l’élection du secrétaire de section, qu’il s’est présenté face à Hervé Aguilar. Michael Aydin raconte : “Il y a eu une levée de boucliers et les rapports ont changé. En même temps, la section a fait la vie autour d’elle en sacrifiant inutilement des personnes compétentes, et je ne parle pas de moi, pour composer une future équipe municipale, avec le résultat que nous savons. Déçu par le PS, mais pas par la politique, je me suis rapproché de “Nouvelle Donne”, émanation politique du “Collectif Roosevelt”. Séduit par le leader Pierre Larrouturou, économiste renommé, qui souhaite totalement changer le logiciel programmatique d’analyse.
…Cependant, après le succès de “Nouvelle Donne” aux élections européennes, plusieurs dysfonctionnements m’ont “refroidi”. À ce jour, je suis toujours membre de “Nouvelle Donne”, avec cotisations à jour, mais j’ai choisi de rejoindre “La France Insoumise” de Jean-Luc Mélenchon. Je profite de l’occasion pour dire que “La France Insoumise” ac-cepte tout le monde, sans faire preuve d’hégémonie.
…La raison a ses priorités, et celle-ci a emporté mon vote.
…“La France Insoumise” propose d’instaurer une vraie démocratie en passant par la 6e République, d’engager la planification écologique, conquérir de nouveaux droits et construire un protectionnisme solidaire. En 2016, j’avais dit que je me présenterais aux législatives.”

Michael Aydin, titulaire, part aux côtés de Sylviane Nouet, sa suppléante. Elle est âgée de 55 ans et habite à Saint-Romain-de-Jalionas. Elle travaille dans le domaine de l’informatique. Précisons au passage que Sylviane Nouet est à son compte depuis une petite année. Arrivée très jeune dans la région, avec ses parents, elle a finalement décidé d’y rester et a d’ailleurs bâti sa vie ici.
Carole Muet


2018-06-01