La reine Elizabeth II d’Angleterre s’est laissée aller lundi à un rare commentaire sur l’environnement, en réclamant que la rhétorique sur la lutte contre le réchauffement climatique se traduise dans les faits, dans un discours prononcé à l’occasion de la journée du Commonwealth.

La souveraine, 81 ans, chef du Commonwealth, a souligné que les pays les moins pollueurs – souvent les moins développés – étaient aussi ceux qui étaient les plus affectés par le réchauffement climatique.

« Si nous reconnaissons les intérêts et les besoins des personnes qui sont les plus affectées, nous pouvons travailler avec elles pour parvenir à un changement durable », a-t-elle déclaré dans un communiqué publié par le secrétariat du Commonwealth à Londres.

Les dirigeants du Commonwealth, réunis en sommet en novembre en Ouganda, avaient fait de la question du réchauffement climatique une de leurs priorités. Mais ils avaient échoué à adopter une position commune sur des objectifs contraignants de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le Commonwealth, qui compte 53 membres, rassemble à la fois des grandes puissances (Grande-Bretagne, Canada, Australie) et 32 micro-Etats, pour beaucoup insulaires et directement menacés par la montée des eaux.

La reine, dont le fils aîné Charles intervient fréquemment pour défendre la cause environnementale, a estimé que le Commonwealth devait contribuer à améliorer la qualité de l’air, les réserves d’eau potable et les sources d’énergie renouvelable.

« Au sein du Commonwealth, les gouvernements, les entreprises, les communautés et les individus devraient s’efforcer de mettre les actes en accord avec les mots et les bonnes intentions », a-t-elle repris dans ce communiqué.

« Quoi que nous fassions, où que nous vivions, nos actions au nom de la défense de l’environnement peuvent avoir un impact réel et positif sur la vie des autres », a-t-elle ajouté.

img8341.jpg

La souveraine a souligné que les pays les moins pollueurs étaient aussi ceux qui étaient les plus affectés par le réchauffement climatique.