Emmaüs : une entreprise à taille humaine

Emmaüs : une entreprise à taille humaine

La communauté Emmaüs de Bourgoin-Jallieu n’offre pas seulement du travail comme une simple entreprise, elle aide aussi des familles à s’en sortir dignement par des prêts bancaires.

Pour la 5e année, Alain Maguet, Président de l’association Emmaüs Bourgoin-Jallieu, a rendu compte du mandat donné. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que 2018 aura été forte en événements, heureux ou malheureux ! Tout d’abord, la Communauté et sa trentaine de compagnons-compagnes a eu le regret de perdre son Président d’honneur, André Genestier.

Ensuite, en mars, elle a accueilli, pour une visite pédagogique, Marjolaine Meynier- Millefert, députée du Nord-Isère et Thomas Michaud, sous-préfet d’arrondissement. « Nous avons sollicité cette rencontre afin de montrer ce que nous faisons à la Communauté en terme d’accueil, d’activité et d’accompagnement, au regard de sujets et autres objets de réflexions exprimés dans le cadre de propositions de lois à l’Assemblée nationale… », a confié Alain Maguet.

62 nouvelles conventions signées

Branche d’Emmaüs, “S.O.S. Familles Emmaüs de Bourgoin-Jallieu” est une association fondée par l’Abbé Pierre, animée uniquement par des bénévoles et financée principalement par le travail des Compagnons. Son but est de venir en aide aux familles ou personnes en difficultés financières, en réglant, à leur place, des factures urgentes. À charge pour elles de rembourser – sans intérêt ni frais – à l’association les sommes exactes par des remboursements mensuels raisonnables et étalés dans le temps. Emmaüs France suggère de compter, pour vivre, 210 € par adulte et 150 € par enfant, en plus des charges fixes.

À l’heure du bilan de SOS Familles Emmaüs de Bourgoin-Jallieu, Mary Vernet, Présidente, indiquait que l’année 2018 aura été « une année de changement avec l’arrivée d’un nouveau trésorier ». Quant à l’activité propre, elle s’est faite dans la continuité, avec 62 nouvelles conventions (familles aidées) signées, dont 11 “rallonges”. Une tendance qui s’équilibre d’année en année. Pour mémoire, en 2017, l’association avait signé 63 conventions pour un total de 45 000 €, et, en 2018, c’est 41 037 € qui ont été déboursés.

« Nous avons eu davantage de demandes pour de petites sommes », explique Mary Vernet. En parallèle, l’association a développé son activité de Microcrédits (MCS) avec la Caisse d’Epargne, son partenaire privilégié, en obtenant 10 MCS pour un total de 31 800 €. La banque prête désormais jusqu’à 5 000 € à 0,75 % pour 5 ans minimum, ce qui est beaucoup plus approprié pour espérer acheter une voiture en état. Mary Vernet surenchérit :

« Rappelons que la base de notre travail est de recevoir des personnes ou familles dont le dossier nous a été transmis auparavant par un travailleur social. Nous examinons avec eux leur budget pour voir si nous pouvons, raisonnablement, espérer le remboursement des sommes que nous allons avancer. C’est une étape très délicate car on est face à la vie privée de gens. Nous pouvons toutefois leur donner quelques conseils sur leur budget, mais sans jugement, aucun. Nous avons fixé notre limite à 1 200 € car, pour le public que nous recevons, au-delà, le poids de la dette pèserait trop sur le budget. Il faut qu’il y ait un reste à vivre, même petit. »

S.O.S. Familles dans le mouvement Emmaüs

Outre ses liens privilégiés avec la Communauté, S.O.S. Familles Bourgoin-Jallieu effectue un certain nombre de rencontres qui renforce son attachement au mouvement Emmaüs. En effet, deux fois par an se déroule le rassemblement régional des onze S.O.S. de la région Rhône-Alpes où les bénévoles peuvent échanger sur leurs pratiques. Une personne extérieure leur fournit des informations utiles, par exemple, sur les frais bancaires. Trois ou quatre fois par an, il s’effectue également une assemblée régionale Emmaüs où tous les groupes participent : les Communautés, les S.O.S., les Chantiers d’Insertion. Les 3 branches sont représentées et oeuvrent ensemble. Enfin, il existe des réunions au niveau national (Rencontres nationales des S.O.S., Assises de Branche 2, Assises des Régions et assemblées générales d’Emmaüs France). S.O.S. Familles Bourgoin-Jallieu participe, en principe, à toutes, pour unir ses forces dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

Réunit en assemblée générale, la communauté apporte aux familles endettées une aide immédiate et éducative afin de leur permettre de se reprendre en charge.

1,8 M€ pour une grande opération de modernisation

Emmaüs rénove l’habitat de ses compagnons en y apportant plus de confort. Sur le plan des valeurs du modèle d’accueil communautaire, Emmaüs a à réfléchir sur ce qu’il entend par « servir premier le plus souffrant » (cf Abbé Pierre) en cette année du 70e anniversaire de la création de la première communauté. Dans le cadre de l’humanisation de l’habitat des compagnes-compagnons, la Communauté est en mesure, aujourd’hui, d’évaluer le coût de la grande opération de modernisation, ainsi que son financement.

Le montant total du projet s’élèvera à 1 834 624 €, la moitié sera affectée à la rénovation et l’autre moitié à la construction du neuf. En terme de financement, il devrait se réaliser à hauteur de 800 000 €, environ, sous forme de subventions publiques, de fondations privées et de la récupération d’une partie de la TVA sur des travaux réalisés. À cela, il faut envisager 500 000 € en fonds propres dont 100 000 € de legs, et environ 535 000 € sous forme de prêt bancaire à 1,9 % (estimation).

Un projet d’envergure

Dans cette projection, Emmaüs Bourgoin-Jallieu engagera la moitié de sa trésorerie, le remboursement du prêt débuterait un an après le début des travaux, le coût des intérêts intercalaires de la première année serait de 10 000 €, puis l’amortissement représenterait une charge supplémentaire d’environ 45 000 € par année. Dans ce cas de figure, la Communauté aurait une charge annuelle de prêts de 125 000 € pour 2020 au lieu de 104 000 € actuellement, puis 150 000 € en 2021, puis de nouveau 125 000 € en 2022, et, enfin, 106 000 € jusqu’à 2029 (fin du prêt de la salle de vente).

Avec l’accord des membres, le bénéfice de 2018 de 181 898,09 € sera affecté aux prévisions des dépenses liées à l’humanisation de l’habitat sur la communauté.

En conclusion, d’un point de vue 1,8 M€ pour une grande opération de modernisation économique, 2018 aura été une bonne année avec une trésorerie en nette augmentation. La situation actuelle permet une projection réaliste du financement de l’habitat. La difficulté sera pour les trois prochaines années avec des mensualités de prêts plus élevées. Celles-ci devraient revenir à des montants plus bas en 2023. En attendant, Emmaüs doit continuer à maîtriser ses dépenses tout en conservant une activité bénéficiaire soutenue.


Par Carole Muet


Cet article est paru dans votre magazine ECO Nord Isère du 19 avril 2019. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, vous pouvez vous abonner ici.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.