Emploi : des chiffres dopés par la formation

Emploi : des chiffres dopés par la formation

Une légère embellie s’est fait sentir dans nos deux départements en 2016 sur le front de l’emploi. L’entrée en formation de nombreux demandeurs d’emploi n’est pas étrangère à ces résultats.

Le taux d’accès à l’emploi six mois après une formation prescrite par Pôle emploi était de 61,3 % fin 2016 en Haute- Savoie. Et le taux d’accès durable (CDI et CDD de plus de 6 mois), six mois après une telle formation était de 31,6 % à la même date. Ces valeurs justifient à elles seules l’effort massif de formation réalisé en 2016, dans le cadre du plan national “500 000 formations”.

En Auvergne- Rhône-Alpes, 101 000 personnes en ont bénéficié, alors que l’objectif de départ était de 90 000. Des entrées en formation qui font aussi baisser les statistiques de chômage. Ainsi, 2016 affiche de plutôt bons résultats sur le front de l’emploi. En région, le taux de chômage recule de 0,4 %. Il était de 8,6 % à fin décembre 2016. En Haute-Savoie, il s’établissait à la même période à 7,2 % et à 7,5 % en Savoie. Et ce sont surtout les personnes sans emploi cherchant un poste à temps plein (catégorie A), qui ont bénéficié de cette baisse : – 3,3 % pour la région, – 2,6 % pour la Haute-Savoie et – 1,9 % pour la Savoie.

Toutes catégories confondues, le nombre de demandeurs progresse de 0,1 % dans la région, de 1,3 % en Savoie et de 0,8 % en Haute-Savoie. À fin janvier 2017, la Savoie comptait 19 880 demandeurs d’emploi de catégorie A, 32 220 toutes catégories confondues. La Haute-Savoie dénombrait 37 120 chômeurs de catégorie A, 57 180 en y ajoutant les B et C.

blank blank blank

Femmes et seniors à la peine

En Savoie, où l’on compte 114 450 emplois salariés, le chômage a davantage touché les femmes en 2016 : + 2,2 % (+ 0,4 % d’hommes). La part des seniors de 50 ans et plus croît également beaucoup (+ 5,7 %). En revanche, les moins de 25 ans baissent dans les statistiques (- 5,6 %), grâce, notamment, à des dispositifs spécifiques et au plan “500 000 formations”. Une autre baisse, due aux mêmes causes, est constatée sur le public le plus faiblement qualifié (- 5,7 %).

À l’inverse, les niveaux Bac + 2 et au-delà voient leur chômage augmenter (+ 7,5 %). Autre bonne nouvelle, l’ancienneté d’inscription. 64 % des demandeurs d’emploi le sont depuis moins d’un an. Mais 18 % depuis plus de deux ans. Si 20 % des jeunes sont inscrits depuis plus d’un an, 59 % des seniors le sont depuis plus d’un an et 26 % depuis plus de trois ans. Les personnes handicapées enregistrent presque les mêmes valeurs que les plus de 50 ans avec 55 % (plus d’un an) et 23 % (plus de trois ans).

Du côté des entrées et des sorties, 2016 voit ces dernières (+ 12,7 %) supérieures aux premières (+ 9,1 %). Les licenciements économiques continuent de baisser (- 5,6 %), mais le taux de démission augmente de 12,1 % sur un an. Les radiations administratives sont elles aussi en hausse (+ 48,8 % sur le dernier trimestre 2016). Quant aux offres collectées, elles ont évolué de 6,2 % en un an, avec une grande part d’offres saisonnières. Les secteurs qui recrutent le plus sont, dans l’ordre décroissant : le tertiaire, l’hôtellerie-restauration, la santé-action sociale, les services, l’intérim, le commerce, l’industrie, les professions libérales et l’entretien des bâtiments.

Bons résultats haut-savoyards

Sur les 15 derniers mois, la Haute- Savoie enregistre 3 000 emplois salariés de plus qui ont profité aussi bien aux jeunes, à des contrats à durée déterminée qu’à des emplois intérimaires. L’indicateur conjoncturel de durée du chômage (ICDC) est ici bien inférieur à la région : 308 jours en Haute-Savoie contre 366 en région. C’est la deuxième plus faible durée, devant la Savoie. La vallée de l’Arve bat des records avec un ICDC à 250 jours. À fin décembre, Pôle emploi avait cumulé 44 527 offres d’emploi, soit – 1,9 % par rapport à l’année précédente.

Des métiers sont particulièrement en tension, tels que le personnel de cuisine, d’étage, le service en restauration ou le personnel polyvalent en restauration. Paradoxalement, parmi les 10 métiers les plus représentés dans la demande d’emploi figurent également le service en restauration ou le personnel de cuisine. Globalement cependant, l’hôtellerie-restauration demeure le secteur le plus recruteur après l’intérim.

Au total, 170 000 embauches ont eu lieu en 2016. Dans un département où un actif sur cinq travaille en Suisse, le taux de chômage reste l’un des plus faibles du pays, malgré sa population sans cesse grandissante. Et si les inscriptions à Pôle emploi explosent, du fait, entre autres, de l’alternance de périodes d’emploi et de non-emploi, le nombre de sorties n’a jamais, lui aussi, été aussi élevé : 101 000 de chaque côté. Ce que d’aucuns paradoxalement qualifient de situation de plein-emploi !


Par Sylvie Bollard

A propos de l'auteur

GROUPE ECOMEDIA

GROUPE ECOMEDIA, c'est le groupe de presse économique de Savoie Mont Blanc (74 et 73), de l'Ain (01), du Nord Isère (38) et de la région lémanique trans-frontalière avec Genève et les cantons romands.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.