Pascal Berclaz, le charismatique Président des montres Quinting nous livre son opinion sur son maître à penser Nicolas Hayek qui a pris la décision de ne plus vendre ses mouvements à la concurrence.
Décision stratégique ou décision de remise en question personnelle? Il nous parle aussi du nouveau salon GTE (Geneva Time Exhibition) qui s’est tenu au Palais des Congrès à Genève du 17 janvier au 23 janvier 2010, en parallèle avec le SIHH. Ou de la nécessité d’ouvrir tout le marché des compétiteurs horlogers suisses à la clientèle mondiale…

Vous êtes le créateur de la montre ADVANCE, la seule montre entièrement transparente au monde, comment l’avez vous conçue?
Cette montre est l’aboutissement d’une collaboration de 7 années entre trois ingénieurs-horlogers, un ingénieur automobile, un ingénieur en électromécanique et moi-même avec un investissement de dix millions de francs. Nous avons relevé un incroyable défi, celui de créer la première montre transparente au monde. Réaliser une telle montre était un rêve auquel les plus grands cerveaux de l’horlogerie suisse n’ont eu cesse d’accéder depuis plus d’un siècle. Nous avons élargi nos champs d’investigation et nous avons réussi à percer le mystère de la transparence en exploitant des domaines aussi divers que l’automobile, l’aérospatial et même celui de l’optique.

Vous avez donc ouvert un nouvel avenir à l’horlogerie suisse?
Tout à fait. Nous allions la tradition horlogère suisse et la maîtrise des technologies du futur. Les mouvements Quinting sont les seuls et uniques au monde à posséder la troisième dimension. Nous ouvrons ainsi la porte de l’horlogerie à l’Art cinétique et nous permettons ainsi à l’horlogerie d’entrer dans la quatrième dimension.

En décembre dernier, vous êtes rentrés dans le monde du luxe avec le lancement de la Mystérieuse de Dior?
Nous avons vendu notre mouvement à Dior qui a en effet présenté cette montre «La Mystérieuse de Dior» au public à Genève en décembre dernier. Comme pour tous les modèles de notre facture, nous prévoyons avec la maison Dior d’utiliser pour cette montre d’autres métaux, d’autres pierres précieuses avec des gravures spéciales et un autre habillement. Imaginez, 11 glaces saphirs superposées dont certaine fixes et d’autres tournant à la vitesse de l’heure, la minute, la seconde, et chacune d’elles gravée de matières et de différentes manières. Les 4 mouvements sont déclinés en nacre, dépôts d’or, diamant et autres. L’effet est surprenant. De même si nous déclinons des couleurs sur chacun deux, l’inter-rotation des saphirs crée des palettes de couleurs extraordinaires.

Puisque nous parlons de mouvement, pouvez-vous nous donner votre opinion sur le fait que Nicolas Hayek ait décidé de ne plus vendre ses mouvements à la concurrence?
Comme tout le monde, cela m’a interpellé mais je n’ai pas de réponse qui expliquerait sa décision. Je respecte et admire énormément Nicolas Hayek qui a révolutionné avec son mouvement Swatch toute l’horlogerie des trente dernières années. Pour moi il est notre maître incontesté. D’ailleurs, j’aimerais qu’à Genève, le gouvernement envisage de donner son nom à une rue… Comme nous le savons tous, les plus grandes marques horlogères de notre pays utilisent le mouvement Swatch dans les plus belles pièces qui sortent de leurs manufactures. Monsieur Hayek est un homme d’un certain âge qui peut-être comme d’autres de ses confrères peine à laisser son fauteuil de président. Je suis le premier à le comprendre. La fièvre de l’horloger vous tient et ne déserte plus. Peut-être aussi est-ce seulement une manœuvre marketing? L’année dernière il a pris la même décision qui a eu pour but de faire grimper de près de 30% le prix de ses mouvements quand il a choisi de les remettre sur le marché. Les prochains mois nous donneront certainement la réponse.

Le nouveau salon GTE (Geneva Time Exhibition) vient de se terminer en parallèle de celui du SIHH. Pourquoi un nouveau salon et en même temps?
Je suis le premier satisfait de la création du GTE. L’horlogerie suisse avait besoin d’un salon supplémentaire qui ne soit pas seulement réservé au haut de la hiérarchie. Cette année nous avons été une quarantaine d’exposants et après le succès que nous avons eu, nous pensons que nous pourrions atteindre le double l’an prochain. Il ne s’agit pas de concurrence mais d’interaction. Les clients visitant le SIHH nous ont visités sur un site unique alors que par le passé, ils devaient courir de local en chambre d’hôtel, d’atelier en manufacture. Cela va certainement donner un nouvel essor et un nouveau souffle en cette période de crise à toute l’horlogerie suisse. Il y a longtemps d’ailleurs que cela aurait dû être fait.

Comment voyez-vous l’année 2010 pour Quinting?
Je suis plus qu’optimiste. Nous fabriquons nos propres mouvements comme seulement 9 autres manufactures suisses, nous n’appartenons pas à un grand groupe et nous avons 100% en fonds propres et une structure simplifiée sans charges.
Nous pourrions même atteindre un record des ventes de nos montres cette année. Comme la plupart de nos compétiteurs, nous attendons aussi l’impact des deux marchés indien et chinois, et nous avons surtout une vision à long terme qui nous est permise de par notre quasi autonomie. Nous allons graver nos lettres de noblesse en 2010. Un point non négligeable à notre époque où la contrefaçon des montres est une grosse perte pour les marques horlogères, nous sommes les seuls au monde à ne pas pouvoir être copiés. Nous présentons déjà deux nouveaux modèles: la collection «l’Age d’Or» et la montre «Eternity» qui est une montre symbolique où seul l’OR est visible.

Votre devise?
Rien n’est impossible et il n’y a pas de limite à la recherche de la vérité.
Propos recueillis par Muriel Woodtli

L’architecte du futur de l’horlogerie suisse dans la quatrième dimension
Pascal Berclaz est le créateur et le fondateur de l’impossible et unique montre ADVANCE de Quinting, en collaboration avec trois ingénieurs-horlogers, un ingénieur automobile, un ingénieur en électromécanique, après 7 ans de recherche et dix millions d’investissement.

C’est la seule montre au monde totalement transparente, mystérieuse, le rêve des plus grands cerveaux de l’horlogerie depuis un siècle. Pourtant rien ne prédestinait Pascal Berclaz à devenir le créateur des montres Quinting qui sont les seules et uniques au monde à posséder la Troisième Dimension.

Un parcours atypique s’il en est: il fait un apprentissage de monteur électricien, se lance brillamment dans des études d’ingénieur en électrotechnique et travaille quelques années dans un centre de recherche. Comprenant vite que la recherche et le développement sont étroitement liés à l’argent, il passe sa licence de sciences économiques à Genève et travaille quinze ans dans la finance. Il y a dix ans, par les méandres du destin, il achète la fabrique horlogère familiale Quinting et se lance dans l’aventure de sa vie: comment rendre invisible le mécanisme du temps, rendre invisible une grande complication…. Et il y arrive!

img14648.jpg

Pascal Berclaz,Président des montres Quinting