Enquête Harris / les nouveaux moyens de paiement : quelles solutions pour demain ?

Une chose est sûre : les moyens de paiement sont un monde en pleine mutation. Allons-nous vers un monde dématérialisé ? Faut-il remettre en cause les chèques ? Les espèces ? À l’heure où apparaissent de nouveaux moyens de paiement liés aux nouvelles technologies (e-commerce, smartphones, NFC, etc.), quid des éléments-clé que sont la sécurité et la liberté individuelle ? Cette grande enquête HARRIS Interactive nous explique les enjeux.

En effet, comment sont perçus ces nouveaux moyens de paiement aux yeux du grand public? Quel accueil leur est-il réservé? Le grand public envisage-t-il de modifier ses habitudes au profit de ces nouveautés? Et à terme, quels sont ceux qui semblent en mesure de remplacer les modes de paiement actuels ?

Fréquence d’utilisation

La carte bancaire s’impose

La carte bancaire est le moyen de paiement préféré des français. Avec 54% des répondants qui déclarent avoir augmenté leur utilisation de leur carte au cours des 2 dernières années, son hégémonie se confirme. Le prélèvement automatique et le virement bancaire deviennent de plus en plus routiniers même s’ils restent des dispositifs plus ponctuels. C’est d’ailleurs aux dépends des chèque qu’ils croissent. Ces derniers, avec une utilisation en perte de vitesse semblent destinés à disparaitre.

Usages et dynamiques

Vers l’extinction des espèces ?

10 nouveaux moyens de paiement – évalués par 1000 répondants

1. Carte bancaire sans contact

Les banques proposent en effet des cartes bancaires permettant de payer ses achats en magasins sans avoir à insérer sa carte bancaire dans le lecteur de carte et sans avoir à taper son code secret. Le paiement sans contact est limité à des sommes inférieures à 20 €.

2. Carte titre restaurant

Le titre restaurant fourni par les employeurs pour financer une partie des repas de leurs salariés a évolué. En plus du format papier traditionnel, les titres restaurants sont désormais disponibles sous forme de carte à puce. 3. Services de paiement en ligne Des services comme PayPal ou PayLib jouent un rôle d’intermédiaire entre les banques et les sites marchands. Grâce à ces systèmes, l’acheteur n’a pas besoin de communiquer ses coordonnées bancaires au moment du paiement. Il rentre juste un code secret et le service garantit la sécurisation de la transaction.

3. Services de paiement en ligne

Des services comme PayPal ou PayLib jouent un rôle d’intermédiaire entre les banques et les sites marchands. Grâce à ces systèmes, l’acheteur n’a pas besoin de communiquer ses coordonnées bancaires au moment du paiement. Il rentre juste un code secret et le service garantit la sécurisation de la transaction.

4. Carte prépayée rechargeable

Il est possible d’acheter des cartes prépayées, par exemple disponibles dans les bureaux de tabac (exemple : le compte Nickel). Ces cartes ne sont pas associées à un compte en banque et sont rechargeables en espèces, par carte bancaires ou par chèque. Il est ensuite possible de les utiliser de la même manière que les cartes bancaires classiques.

5. Monnaies virtuelles

Utilisable uniquement sur Internet, c’est un mode de paiement complètement dématérialisé et alternatif. La plus connue est le Bitcoin. Complètement décentralisé, ce système est indépendant des banques, sécurisé et gratuit. Des bourses permettent d’échanger les monnaies traditionnelles (euros, dollars…) contre des Bitcoin. Il est ensuite possible, sur les sites qui le proposent, de payer ses achats dans ces monnaies virtuelles.

6. Monnaies locales

De nombreuses expériences de monnaies locales existent à ce jour en France, comme par exemple l’Occitan à Pézenas, la Pêche à Montreuil en région parisienne, l’Agnel dans l’agglomération de Rouen… Ces monnaies peuvent être utilisées dans les commerces locaux partenaires pour payer ses achats.

7. Paiement par sms

Pour des paiements de faible valeur, il est parfois possible de payer via un SMS surtaxé. Par exemple, certains distributeurs de boissons et de friandises permettent de payer son achat via un SMS surtaxé de la valeur du produit acheté. Le montant est ensuite prélevé directement sur votre facture de téléphone portable.

8. Paiement par QR code

Certaines applications, comme par exemple Lydia, permettent de générer un QRCode (code barre en 2 dimensions) de paiement. Les commerçants équipés peuvent alors scanner le code pour encaisser le montant dû. Par exemple, vous achetez une baguette en boulangerie. Au moment de payer, vous présentez votre Smartphone. Un QRCode unique s’affiche sur l’écran. Le boulanger le scanne et votre compte bancaire est débité.

9. Paiement sans contact

Grâce à des services comme Google Wallet, Apple Pay, ou Visa Payware, il est possible de payer directement avec son téléphone portable en le déposant sur le terminal de paiement si celui-ci est compatible. Par exemple, en caisse, au lieu de payer par carte bancaire, vous présentez votre Smartphone au terminal de paiement. Après avoir saisi un code secret personnel spécifique, vous recevez directement sur votre mobile un reçu et votre compte bancaire est débité.

10. Paiement à distance

Via des applications telles que Paybyphone, le téléphone mobile peut être utilisé pour payer des services à distance. Par exemple, dans certaines villes, il est possible de payer le stationnement de voiture par mobile, de le prolonger, d’être alerté. Il est parfois aussi possible de payer à distance via mobile la location de vélos ou les titres de transport en commun.

Synthèse : Quel avenir pour ces nouveaux moyens de paiement ?

Méthodologie de l’étude

Enquête réalisée en ligne du 2 au 5 novembre 2016 à partir de l’Access panel Harris Interactive auprès de 1018 personnes représentatives de la population française en termes de sexe, d’âge, de CSP et de région. Méthode des quotas et redressement appliquée.

Télécharger l’étude complète au format .pdf

Cliquez ici pour télécharger cette enquête Harris Interactive sur les nouveaux moyens de paiement au format .pdf, ou ci-dessous :

A propos de l'auteur

GROUPE ECOMEDIA

GROUPE ECOMEDIA, c'est le groupe de presse économique de Savoie Mont Blanc (74 et 73), de l'Ain (01), du Nord Isère (38) et de la région lémanique trans-frontalière avec Genève et les cantons romands.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.