D’après l’enquête internationale de 2003 sur la littératie et les compétences des adultes, plus d’un adulte sur deux, à Genève, n’atteint pas le niveau de compétence minimal défini pour bien fonctionner dans la société actuelle. L’enquête internationale 2003 sur la littératie et les compétences des adultes (Adult Literacy and Lifeskills, ALL) est menée conjointement dans différents pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sous l’égide des gouvernements respectifs. L’objectif de l’enquête ALL est d’évaluer le capital humain des pays qui y participent. Elle mesure un ensemble de compétences et les met en lien avec les caractéristiques socio-économiques des individus. Les résultats permettent ainsi d’identifier les « groupes à risque » (risque d’exclusion, par exemple). Les compétences évaluées portent sur les outils essentiels pour bien fonctionner dans la société actuelle, sur son lieu de travail et en interrelation avec autrui, au foyer et dans la vie sociale ou politique. La société de l’information implique, de plus, la maîtrise de nouveaux types de compétences.

Après la publication, en octobre 2006, du rapport complet de l’analyse des résultats pour le canton de Genève par le Service de la recherche en éducation (SRED), du Département de l’instruction publique du canton de Genève, l’OCSTAT rassemble les principaux résultats à l’attention du grand public. Des résultats contrastés selon les caractéristiques socio démographiques. Les compétences testées sont réparties en quatre domaines, deux littéraires (« compréhension de textes suivis » et « compréhension de textes schématiques ») et deux domaines portant sur le calcul numérique, l’abstraction mathématique et les stratégies de « résolution de problèmes ». A Genève, plus d’un adulte sur deux dans les domaines littéraires et mathématiques, plus de deux sur trois en « résolution de problèmes », n’atteignent pas le niveau minimal défini par l’enquête pour bien fonctionner dans la société actuelle.

Le niveau de formation achevée est la caractéristique qui présente le lien le plus fort avec les compétences mesurées : un niveau de formation élevé diminue le risque d’avoir un niveau jugé insuffisant. L’âge vient ensuite : un âge élevé induit un plus grand risque d’avoir un niveau jugé insuffisant, sachant que les niveaux de formation se sont modifiés au cours des cinquante dernières années. Le sexe n’a pas d’incidence notable. Genève est cependant caractérisée par des taux importants de migrants qui résultent de deux types de migrations, l’une ancienne et peu qualifiée, l’autre récente et de niveau de formation élevé. Par ailleurs, le lieu de scolarité primaire joue un rôle complémentaire relativement important. Les adultes ayant accompli tout ou partie de leur scolarité primaire en Suisse obtiennent, en moyenne, à Genève, des scores plus élevés que ceux qui sont arrivés plus tard dans notre pays. Ces observations se combinent à un effet de langue, puisque la maîtrise de la langue du test est primordiale pour les résultats obtenus.

img5539.jpg

D’après l’enquête, plus d’un adulte sur deux n’atteint pas le niveau de compétence minimal défini pour bien fonctionner dans la société actuelle