En matière de stationnement, la nouvelle politique porte ses fruits. Grâce à l’introduction du système des macarons, les habitants disposent d’une meilleure offre en places de stationnement de longue durée. Quant aux clients des commerces genevois, l’augmentation du nombre de places à horodateur leur met davantage de places de courte durée à disposition. C’est ce que démontre une enquête menée par l’Office cantonal de la mobilité (OCM).

Deux objectifs principaux
Le stationnement sur la voie publique est un élément important de la politique d’organisation de la Mobilité. Cette politique s’est fixé en la matière deux objectifs principaux. D’une part, répondre aux besoins des clients des activités économiques (commerces, restaurants) et des visiteurs du centre ville. Dans ce but, des places à durée illimitée ont été transformées en places payantes à durée limitée à 30 ou à 90 minutes. Cette mesure permet d’atteindre une rotation élevée de l’occupation des places. D’autre part, répondre à la demande en places de longue durée des résidents (habitants et entreprises du quartier) dans les quartiers où la pression exercée par les pendulaires devenait trop grande. C’est dans ce but qu’ont été créées les zones bleues gratuites; celles-ci sont accompagnées de l’introduction du macaron payant qui permet un stationnement à durée illimitée (« places bleues ») Ce système, introduit progressivement depuis quelques années, couvre aujourd’hui l’ensemble de la ville de Genève, avec 26 000 macarons distribués pour 17 zones.

Contrôle efficace
Enfin, depuis 2004, une effort a été fait pour renforcer le contrôle du stationnement sur la voie publique. Ces contrôles ont eu un effet particulièrement efficace sur les zones de stationnement payantes limitées à 90 minutes, puisqu’il a permis de doubler le nombre de places disponibles en faisant diminuer le taux d’occupation. Toutefois, ce bilan que l’on peut qualifier de positif ne saurait faire l’impasse sur les problèmes de stationnement que peuvent encore rencontrer les personnes fréquentant ces quartiers. Cependant, l’offre de stationnement sur voie publique n’est qu’une des facettes de l’offre de stationnement, qui comprend également les places privées et les places en ouvrages (parkings souterrains ou en surface) La mise en place de zones bleues avec macarons n’avait pas pour objectif de résoudre l’ensemble des problèmes, mais a contribué a améliorer globalement l’offre.

img664.jpg

A la chasse aux places libres…