Épi-curieux, cavistes militants

par | 24 Nov 2022

Le nouveau site de vente de vins en ligne Epi-curieux.com met en valeur les vins de Savoie naturels et biologiques, et d’ailleurs, et entend devenir une référence en France.

Le premier, Clément Chevrier, est un ancien coureur cycliste professionnel reconverti en sommelier (il a travaillé à l’Auberge du Père Bise, à Talloires). Le second, Anthony Gachet, un épicurien amateur de bonne chère à la tête d’Holy Chips, un bar à viande et à vin, à La Ravoire (Grand Chambéry). Associés depuis 2022, ils ont lancé, en septembre, epi-curieux.com, un site de vente en ligne de vins naturels, biologiques et biodynamiques, « pour partager notre passion pour les vins vivants, en particulier les vins de Savoie », se réjouit Clément Chevrier, qui s’attache à valoriser la nouvelle génération de vignerons.

« Le goût retrouvé »

Aujourd’hui, le site recense quelque 400 références – rosés, rouges et blancs, surtout, mais aussi vins pétillants, bières et cidres – en provenance de 70 domaines viticoles de la France entière et d’ailleurs (12 sont en Savoie). Des vins que les deux entrepreneurs dénichent au fil de leurs périples – dernièrement encore, au Chili et en Argentine –,et qu’ils sélectionnent pour « leur goût retrouvé et parce qu’il est essentiel de rencontrer les vignerons dans leur environnement ».

Ils ont même poussé le bouchon encore plus loin en dénichant, au Pays basque et en Bourgogne (dans le Mâconnais notamment), des microproductions que s’arrachent les puristes. Le duo, qui a réalisé 20 000 euros de vente, ne s’est pas fixé d’objectifs chiffrés avant trois ans, mais ambitionne de devenir la référence en ligne des vins naturels et des vins de Savoie en France.

« Nous avons beaucoup investi dans le stock (6 640 bouteilles à ce jour), la création du site (3 000 visites en deux mois) et le référencement », expliquent les jeunes startupers, qui ont embauché trois salariés.

Depuis Challes-les-Eaux, où ils ont leur bureau-showroom et leur entrepôt, ils livrent leurs 154 clients actuels dans la France entière et lorgnent du côté de la Suisse et des pays européens limitrophes.


Patricia Rey


0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Ski : les ESF prennent le virage du “toute-saison”

À la veille de l’hiver, le Syndicat national des moniteurs du ski français fait le point et affiche ses ambitions pour 2023. Avec ses 17 000 “pulls rouges” (et 300 nouveaux diplômés par an) répartis dans 220 écoles, 2,5 millions de clients, 4 000 jeunes en...

LIRE LA SUITE

Ski alpin : un Critérium sans les dames

À Val d’Isère, la 67e Coupe du monde de ski alpin ne durera qu’un week-end, les 10 et 11 décembre, en l’absence des épreuves féminines, au grand dam de l’organisation. Le Critérium de la première neige de Val d’Isère ouvre traditionnellement le bal des épreuves de...

LIRE LA SUITE

Publicité