Selon une étude récente sur l’alcoolisme publiée dans la revue médicale «The Lancet», plus de 20% des hommes présentent un risque important de développer des troubles liés à la consommation d’alcool. Pour les femmes, ce risque est divisé par deux, entre 8 et 10%. L’étude démontre que la consommation problématique et l’alcoolo-dépendance débutent souvent au milieu de la troisième décennie, quand la plupart des personnes commencent au contraire à modérer leur consommation, alors que s’accroissent leurs responsabilités. Les troubles liés à l’alcool sont associés à des épisodes de dépression, une anxiété sévère, l’insomnie, le suicide ou encore l’abus de drogues. Une consommation importante d’alcool augmente également le risque de survenue d’infarctus, d’attaques cérébrales, de cancers et de cirrhose du foie.

img11483.jpg

L’alcoolo-dépendance débute souvent au milieu de la troisième décennie.