La première volée de 29 étudiants prend son essor, certificats en poche, au terme de deux mois de formation intense en informatique au Centre de formation aux technologies de l’information et de la communication (TIC) de Monrovia, Libéria. Ce Centre de formation a été créé par l’Union internationale des télécommunications (UIT), principale institution des Nations Unies chargée des questions relatives aux TIC, associée à cette occasion à l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Partenaires locaux
Le programme compte deux autres partenaires, deux ONG basées au Libéria: le Liberia Opportunity Industrialization Centre (LOIC) et la Foundation for African Development Aid (ADA), qui ont rénové les locaux et installé une connexion internet sans fil et un publiphone avec l’assistance de Cellcom Telecommunications Inc., opérateur mobile au Libéria.

Les objectifs
La formation aux TIC aide les jeunes à acquérir des connaissances informatiques et aidera en particulier de jeunes réfugiés à retourner dans leur pays. « Chaque jour constitue un défi pour nous. Ça n’a pas été facile. Mais maintenant je suis très satisfait et je projette de poursuivre mes études », a déclaré Jerome Williams, un émigré de retour du Nigéria, avant de poursuivre au nom de ses condisciples: « Nous tenons à remercier le HCR, LOIC et l’UIT pour nous avoir donné l’occasion d’améliorer nos connaissances. Nous espérons que ce programme pourra être étendu à tous les émigrés de retour au Libéria dans l’ensemble du pays, et prendra racine dans d’autres villes du Libéria. ».

Un modèle de centre reproductible ailleursModèle destiné à être reproduit dans d’autres régions du pays, le Centre de formation est considéré par les autorités libériennes comme « venant à point nommé et étant en ligne avec la politique du Gouvernement de remettre la population des jeunes du Libéria sur le chemin d’un apprentissage constructif ». La formation professionnelle et la formation technique sont essentielles au renforcement des capacités et à l’acquisition de nouveaux moyens d’existence dans une population dont de nombreuses années d’instabilité ont retardé les processus éducatifs. Equipé par l’UIT pour former 60 étudiants tous les deux mois, le Centre assure une formation élémentaire en informatique et en connaissance de l’entreprise, ainsi qu’en maintenance informatique.

Des cours gratuits
Le Centre de formation aux TIC offre aux émigrés de retour dans leur pays une formation gratuite, et demande le paiement d’une somme modique aux autres membres de la communauté souhaitant suivre ses cours. Un droit également modique est perçu pour l’utilisation de l’internet-café du Centre et de ses services (courrier électronique et internet, traitement de texte, photocopies, édition électronique de bureau, reliure de documents). Ces sommes et droits sont autant de recettes nécessaires pour faire face à certaines dépenses courantes du Centre afin de garantir son action sur la durée.

Opinion de Brahima Sanou
Le représentant régional de l’UIT pour l’Afrique, Brahima Sanou, s’est dit convaincu que le Centre de formation contribuera au renforcement des capacités et aidera à la réhabilitation et à la réintégration des émigrés en situation d’après conflit. Il a fait observer que le Sommet mondial sur la société de l’information a demandé qu’une attention particulière soit accordée aux pays sortant d’un conflit et aux groupes de personnes vulnérables. « Encourager le développement de l’information et de la connaissance facilitera la réintégration du pays en question dans l’économie mondiale et redonnera espoir à tous ces jeunes dont l’avenir a été assombri par le fléau de la guerre. »

Opinion de Mengesha KebedeLe représentant du HCR dans le pays, Mengesha Kebede, a rendu hommage à la coopération avec l’UIT et dit lui aussi que le Centre de formation aux TIC contribuera à améliorer les chances pour les émigrés de retour dans leur pays de trouver un emploi. Il a souhaité que d’autres institutions viennent prêter leur concours à cette entreprise et fait observer que plus de 20% des émigrés de retour au Libéria iront s’installer dans les centres urbains, en particulier dans la capitale, Monrovia; il a exprimé l’espoir que des solutions soient élaborées dans le cadre d’une coopération effective et que des programmes ciblés permettent d’améliorer les conditions de vie.

Un partenariat ambitieux
Ce programme de coopération entre l’UIT et le HCR est le premier du genre à offrir un accès aux TIC et à proposer une formation à des réfugiés de retour au Libéria. Si les fonds le permettent, d’autres centres comme celui-ci seront créés dans d’autres parties du pays, ainsi que dans d’autres pays africains ayant connu des situations de conflit, comme le Burundi, la Sierra Leone et la République démocratique du Congo (RDC).

img400.jpg

Le numérique à la portée du plus grand nombre