Votre société, New Events Production SA, a reçu le mandat du gouvernement genevois d’organiser les festivités liées à l’Euro 2008 à Genève, réparties sur deux zones principales à Plainpalais et au Bout-du-Monde. En ce début d’année, tout est-il sous contrôle?
En effet, suite à un concours entre plusieurs agences professionnelles, nous avons reçu le mandat d’imaginer et d’organiser des activités en marge des trois matches qui auront lieu à Genève les 7, 11 et 15 juin 2008. L’organisation d’un tel événement ne s’arrête pas à l’installation d’écrans géants pour suivre les matches, mais bien à trouver le juste équilibre d’une manifestation qui va durer environ un mois.

Vous avez une longue expérience du domaine artistique et festif.En quoi les festivités liées à une manifestation comme l’Euro 2008 sont-elles particulières?
C’est une organisation qui me rappelle mon expérience en tant que directeur d’Expo02 où nous devions dans un premier temps convaincre, puis imaginer et par la suite réaliser. En terme organisationnel, certes les moyens de l’exposition nationale étaient beaucoup plus élevés, mais les bases de la méthodologie organisationnelle sont un peu les mêmes.

«L’Official Fan Zone» pourra accueillir jusqu’à 100’000 personnes à Plainpalais. Ne craignez-vous pas les débordements fréquemment liés à des supporters dépités ou alcoolisés? Quelle serait l’image pour Genève d’une intervention policière?
Il faut faire attention de ne pas confondre le G8 avec l’Euro 08! J’ai eu la chance d’observer l’organisation du mondial en Allemagne en 2006 ou aucun débordement n’a été signalé. Il faut en effet un service de sécurité discret mais efficace mais surtout un travail en amont avec les fan’s club, un accompagnement et un accueil des supporters. Comme dans toutes fêtes, le risque 0 n’existe pas, mais il est de notre devoir d’organisateur d’identifier les risques sans être alarmiste et de préparer les scénarios avec les forces de l’ordre. Une bonne organisation et des lieux d’accueil suffisants sont aussi un gage d’une meilleure sécurité.

Vous êtes député radical au Grand Conseil. La dimension culturelle d’Euro 2008 est-elle une réalité ou s’agit-il d’un subtil habillage d’une manifestation sportive un peu redoutée?
En Suisse, la politique est au niveau législatif une affaire de milice. Comme mes collègues je ne suis pas un professionnel de la politique mais un simple représentant du peuple. Mon métier depuis bientôt 20 ans est l’organisation d’événements et je ne mêle pas la politique aux divers mandats que j’ai le plaisir de conduire. Oui, la dimension culturelle durant l’Euro est bien réelle, tout spécialement sur le site du Bout-du-monde où il y aura plus de 50 concerts. Un groupe de programmateurs professionnels travaille depuis plus d’un an à trouver une affiche teintée de découvertes européennes et de groupes plus connus. Même si le football est très populaire, n’oublions pas les habitants et visiteurs qui ne sont pas sensibles à ce sport, voire même y sont réfractaires. Pour ces raisons, Genève se devait aussi d’offrir une alternative culturelle musicale.

Les Genevois ont la réputation d’être râleurs et de nombreuses actions ont été entreprises pour rassurer les habitants. Genève sait-elle faire la fête?
L’organisation de manifestations festives a toujours deux facettes, l’une est dédiée à l’amusement et l’autre bien souvent à l’agacement. J’ai un profond respect et beaucoup de compassion pour les habitants proches d’un lieu de fête qu’il soit temporaire ou permanent. Le devoir de l’organisateur et des autorités est de dire la vérité, ce que nous avons fait, car depuis 2 ans nous expliquons aux proches habitants la teneur du projet. Comme tout bon Genevois, je suis aussi râleur.

Pourquoi la population se réjouirait-elle six mois à l’avance?
Même si nous parlons du troisième plus grand événement mondial, il ne nous appartient pas d’obliger la population à s’enthousiasmer. Mais c’est à nous de réussir le challenge de les surprendre, de leur faire plaisir et surtout qu’ils s’approprient l’événement. L’Euro, comme toute manifestation appartient aux organisateurs jusqu’à l’ouverture, mais le 6 juin à 18h, elle deviendra votre manifestation. Genevois, habitants et visiteurs, la balle est dans votre camp, c’est votre fête… profitez en !

img7572.jpg

Frédéric Hohl se dit enthousiaste et serein pour l’Euro 2008.