L’Extension entre dans sa 20ème année. Belle occasion de revenir sur deux décennies d’expériences uniques et innovantes, et surtout, de parler avenir.
C’est en 1987 que je crée le «Journal de l’Emploi», dans un environnement économique savourant le plein emploi et une Genève qui comptait… 0,01% de chômeurs. Un journal dont le but premier était de parler économie, emploi et choix de formation pour les jeunes notamment. La crise du début des années 90 marquée par la première crise du Golfe et la hausse des taux vont plonger l’économie mondiale dans une grave récession. Notre titre évolue pour devenir «l’Extension».
Les médias aussi, dès lors, traversent des années difficiles. Plusieurs titres, et non des moindres, disparaissent de la scène de l’information (La Suisse, le Journal de Genève, le Nouveau Quotidien,…et plusieurs gratuits)!
Une embellie économique pointe à l’horizon depuis peu, mais pas vraiment pour les journaux traditionnels. La presse gratuite, snobée, voire décriée jusque-là, par les éditeurs traditionnels, fait son entrée en force début 2006 en Romandie, alors que notre journal s’interroge déjà, depuis quelques années, sur son évolution, notamment en regard de nos positions sur le développement durable tout à fait, d’après nous, «économico-compatibles»! C’est sans aucun doute cette arrivée en masse de journaux offerts qui contribue, intellectuellement, à l’évolution de notre média aujourd’hui. Nous étions déjà pionniers dans le gratuit, nous le serons encore sur le web, par une approche qui nous est propre, personnelle et régionale !
En lançant lextension.com et en décidant de réduire notre rythme de parutions, nous comptons concilier les lecteurs qui aiment – encore pour le moment – nous lire sur papier et aller à la conquête d’un nouveau marché pour y retrouver certains d’entre vous et nous faire apprécier par tant d’autres…
Ce nouveau site, qui se veut réactif face à l’actualité genevoise, démarre ces jours-ci pour atteindre sa vitesse de croisière pendant l’été. Il entend dialoguer, «bloguer» avec celles et ceux, toujours plus nombreux, qui trouvent sur Internet un formidable moyen d’être des acteurs de leur ville et région. 
Sans vous, sans la collaboration et la complicité précieuse que nous entretenons avec nos partenaires et annonceurs, cette aventure ne pourrait se poursuivre. Merci !