Le jeudi 9, vers 1h10, l’attention d’un groupe de militaires en congé a été attirée par un attroupement insolite sur la place de Cornavin. En effet, 8 jeunes extrémistes de droite étaient en train d’insulter et de frapper 3 ressortissants africains. Ces soldats ont aussitôt pris la défense des victimes et ont poursuivi les agresseurs. La police, arrivée en renfort sur les lieux, a permis l’arrestation de tous les antagonistes et de porter les premiers soins à la personne blessée.

Des auteurs, qui ont été tous interpellés, il s’agit notamment de 4 suisses (1980/86/88/89) 3 français (1986/89) dont une fille (1984) et un ressortissant de Grande-Bretagne né en 1989. Sur ces personnes ont été retrouvées des armes blanches ainsi que des photos à caractères néo-nazis sur les téléphones portables. Ils ont agressé verbalement leurs victimes en lançant des insultes à caractères raciste, puis en portant des coups de pied, des coups de poing alors que la victime tombait à terre. Quant aux victimes, il s’agit de deux ressortissants du Burundi et un du Rwanda.

Tout un arsenal
Aux domiciles des interpellés, il a été trouvé des drapeaux arborant la croix gammée ou relatifs au mouvement skinhead, des photos de dirigeants du IIIème Reich, des battes de base-ball, des couteaux, des livres sur Hitler et l’époque nazie, des habits, etc.

img5800.jpg

L’idéologie bien présente chez ces jeunes et moins jeunes