Les oeuvres d’Anoush Abrar et d’Aimée Hoving seront exposées du 17 août au 17 septembre à la Salle centrale de la Madeleine Genève.

« Dialectique » au FUstival
Dans le cadre du FUstival, qui se déroule tout l’été au Temple de la Fusterie, l’exposition «Dialectique» présente les récents travaux de deux jeunes photographes diplômés de l’Ecal, chacun titulaire du prix du festival des arts et de la mode de Hyères (FIAMH) en 2003, puis du prix fédéral du design (2002 et 2004). D’un côté, des portraits de futures actrices ou chanteuses californiennes, prêtes à tous les sacrifices pour devenir célèbres ; de l’autre, de célèbres avocats genevois retranchés dans l’intimité de leur bureau. Ces photos sont exposées à la salle centrale de la Madeleine jusqu’au 17 septembre.

Nos chérubins, tous de futures stars?
Souvent sollicités par des magazines de mode, les deux jeunes photographes Anoush Abrar et Aimée Hoving, résidant tous deux en Suisse, posent un regard critique sur le phénomène de la starisation. Au commencement de l’exposition «Dialectique» : une étude d’Anoush Abrar sur la génération MTV. Son film, «50 Cent Fan», présente Adelina, 11 ans, dans un cadre épuré qui «décontextualise» le sujet. Adelina danse sur un morceau du chanteur «50 Cent». Sa chorégraphie est exclusivement inspirée des clips qu’elle voit à la télévision, sans prêter attention ni aux paroles parfois dégradantes (hip-hop), ni au style très «sexy», suggestif, de ses mouvements (film disponible sur http://www.anoush.ch/sommaire/-2006/art-work/art-work.htm#).

Des californiennes…
Dans le cadre du FUstival, l’exposition «Dialectique» présente des sujets âgés de 18 à 30 ans. C’est qu’Anoush Abrar est allé chercher les modèles américains de la jeune Adelina. «J’ai recherché des femmes qui s’étaient transformées physiquement pour avoir plus de chance de réussir, même si ce n’était pas toujours pour des raisons professionnelles. Parfois, c’est juste la Californie!», déclare le photographe. Il a souhaité documenter le parcours de futures actrices. Depuis 4 ans, il part à la rencontre de ces femmes dans les studios californiens.

…et des avocats genevois.
Aimée Hoving est partie à l’affût des détails du bureau personnel d’avocats genevois. Parfois sous les feux de l’actualité, ils deviennent célèbres en défendant les droits de leurs clients. Connus pour leurs plaidoiries, observés en audience, la part théâtrale du métier de ces avocats est ici délaissée pour leur intimité. Le travail d’Aimée Hoving tente de révéler une autre facette de l’homme de loi, souvent représenté dans les médias pour la cause qu’il défend, et non pour ce qu’il est. Dans cette série, sa vraie nature se révèle. Sa traditionnelle prestance, indispensable à toute audience et apparition publique, s’efface derrière son pupitre. D’après Aimée Hoving, «le sujet disparaît derrière son décorum : il en vient à faire partie des meubles. L’avocat valorise le décor et vice-versa, une unité esthétique s’installe».

Un face à face esthétique à ne pas manquer
D’un côté des avocats genevois célèbres mais tenus à la discrétion et à la confidentialité, se fondent dans le décor de leur bureau privé. De l’autre, des femmes californiennes, parfaites anonymes, font tout pour être remarquées et médiatisées.

Localisation et Horaires
«Dialectique», exposition dans le cadre du FUstival, Photographies d’Anoush Abrar et Aimée Hoving, Du 17 août au 17 septembre 2006 – Tous les jours, de 11h à 19h, Salle centrale de la Madeleine – Rue de la Madeleine 10 – 1204 Genève, Entrée : 7 CHF.

img574.jpg

Un face-à-face artistique réussi! Avocats au travail et modèles de beautés recomposées.