Face aux critiques, le maire réagit : «Halte à  l"™hypocrisie !»

par | 11 Juil 2015

C’est peu de le dire, les attaques répétées de l’opposition sur les indemnités de fonction ""votées pour le maire et ses adjoints ne sont pas du goût  de Vincent Chriqui. Dans un communiqué transmis à la rédaction, celui-ci explique «qu’il paraît nécessaire de rétablir quelques vérités.» La sentence est claire, les propos d’André Borne, le chef de file de la minorité au conseil municipal, étant selon lui «empreints d'hypocrisie et de démagogie.»
Le communiqué est signé de l’ensemble des élus de la majorité, qui en profitent pour pointer du doigt les hausses d’impôts décidées par la précédente municipalité. En voici la teneur : «Lors du conseil municipal du 23 juin, André Borne a fait mine de s'émouvoir du niveau des indemnités des élus. Nous tenons à rappeler que l'enveloppe mensuelle consacrée aux indemnités du maire, des adjoints et des conseillers délégués est de 23 300 euros, c'est-à-dire exactement le même montant que sous la précédente municipalité ! S'agissant de Vincent Chriqui, il est vrai que son indemnité est supérieure à celle que percevait Alain Cottalorda. Mais c'est uniquement parce que ce dernier était atteint par les règles de cumul compte tenu de ses autres mandats ! Alain Cottalorda percevait en effet 1 000 euros par mois comme maire de Bourgoin-Jallieu, mais aussi 3 800 euros comme président de la CAPI et 2 700 euros comme Conseiller général. Le maire actuel a quant à lui choisi de réduire de 15 % son indemnité par rapport au maximum autorisé afin de tenir compte du contexte budgétaire contraint que nous connaissons.»
Les élus de la majorité poursuivent : «Si l'opposition actuelle n'a jamais envisagé de réduire ses indemnités quand elle était au pouvoir, c'était sans doute parce qu'elle préférait demander des efforts aux Berjalliens plutôt que de s'en imposer à elle-même. C'est ainsi que les impôts ont augmenté de l'ordre de 10 % en 2002, puis à nouveau en 2008, après chaque élection. Nous avons décidé de notre côté de ne pas les augmenter. Et nous regrettons évidemment que le gouvernement socialiste, les amis d'André Borne, nous contraigne à mettre en place des activités périscolaires sans les financer, nous obligeant à demander une participation aux familles.»
Le communiqué transmis par le maire se conclut en ces termes : «André Borne n'était pas gêné par le niveau de l'enveloppe globale lorsqu'il en était l'un des bénéficiaires. Il n'a jamais protesté contre les indemnités importantes perçues par son ami Alain Cottalorda lorsqu'il espérait prendre sa suite. Dans l'opposition, il trouve soudain choquant ce qui hier lui paraissait parfaitement normal… Cette hypocrisie est bien caractéristique de la gauche moralisatrice, donneuse de leçons, refusant le moindre effort pour elle mais toujours prompte à en demander aux autres, ne concevant pas la politique en dehors des attaques personnelles. Per-sonne n'est dupe de ce populisme et nous appelons André Borne à un peu plus de dignité à l'avenir.» En septembre, le conseil municipal risque d’être chaud…
S. Perrin

2015-07-11

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Immobilier & Covid-19 : la demande ne correspond plus forcément à l’offre disponible

Le marché de l’immobilier est tendu en plaine parce qu’avec la crise sanitaire du Covid-19 les acquéreurs ont modifié leurs critères de recherche et ne trouvent pas forcément des biens en rapport. Durant le confinement, les acquéreurs ont mis en pause leurs projets, pour les reprendre dès le 11...

Immobilier : quand tout un secteur s’arrête brutalement

Les défis se multiplient dans le secteur de l’immobilier. Déjà bousculés ces dernières années par les évolutions législatives, la transition écologique ou encore l’impact croissant de la digitalisation, les professionnels de l’immobilier ont été déstabilisés au printemps 2020 par la crise sanitaire du covid-19. Le secteur pourtant reste très dynamique en Savoie Mont Blanc, mais […]

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 23 octobre 2020

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°43 du 23 octobre 2020 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés. L’édition Savoie (73) : L’édition Haute-Savoie (74) : Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf, l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! […]

Genève : les fonctionnaires manifestent contre la baisse de leurs salaires

Les agents de la fonction publique genevoise se mobilisent contre la volonté de l’exécutif cantonal de diminuer leur rémunération dans le cadre du budget 2021. Les fonctionnaires genevois vont-ils passer l’automne dans la rue ? Ils étaient en tout cas près de 6 000 à battre le bitume de la place...

La reprise se confirme dans l’industrie

La 8e vague de résultats de l’Observatoire de la santé des entreprises de Mont-Blanc Industries montre que les niveaux d’activité continuent de s’améliorer. Mis en place en mars 2020 par Mont-Blanc Industries,  en partenariat avec le cabinet Infusion, la Fondation de l’Université Savoie...

publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

2.50€ pour 24h
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS