L’exposition Trésors de la faïence fine, en 2007, explorait les débuts de la manufacture de faïence carougeoise au tout début du XIXe siècle. Quatre-vingt ans plus tard, la faïencerie fonctionne toujours et appartient encore à la famille Baylon, qui l’a dirigée sur plusieurs générations. Mais en 1880, l’entreprise change de mains. Elle est rachetée par Honoré Picolas, issu d’une famille de faïenciers, dont le grand-père fut l’un des premiers ouvriers de Baylon. Associé tout d’abord et brièvement à Jacques Neuschwander, il trouve ensuite en Charles Degrange un associé dynamique et entreprenant. Alors que Picolas se retire en 1885, attiré par la vie politique (il sera maire de Carouge et député au Grand Conseil), Charles Degrange entrer la faïencerie dans l’ère moderne. Atteint dans sa santé, il est contraint de cesser ses activités à la fin de l’année 1903.

Durant cette vingtaine d’années, la faïencerie élargit sa production et renouvelle les décors. Si les services de table et les services de toilette constituent toujours l’essentiel, ils portent maintenant de jolis motifs imprimés en couleurs, de fleurs et d’oiseaux. On assiste à l’apparition des assiettes commémoratives et publicitaires, et surtout à celle des grands panneaux peints de bouquets ou de paysages, très admirés lors de l’Exposition nationale suisse de Genève en 1896 et qui portèrent la renommée de la manufacture carougeoise au-delà des frontières suisses.

Publication:
Une brochure (24 pages) illustrée en couleurs, éditée pour l’occasion, accompagne l’exposition. Elle complète le tome IV A du Dictionnaire carougeois. Les arts à Carouge: Céramistes et figuristes, publié en 2007.

Exposition du 23 novembre 2010 au 6 février 2011.
Du mardi au dimanche de 14h à 18h. Fermé le lundi
Entrée gratuite.

img16619.jpg

Exposition du 23 novembre 2010 au 6 février 2011.