Pour financer la préservation de la planète, il faut marier la culture des investisseurs à celle des acteurs engagés pour l’environnement, estime l’économiste Thomas Binet.

Lire l'article originel >>