La Fondation Genève Place Financière tenait hier lundi sa conférence de presse annuelle. Ce rendez-vous permet de faire le point sur l’état de l’industrie bancaire,de communiquer les résultats de l’enquête conjoncturelle ainsi que faire le point sur les mesures législatives en cours.

Les Vaudois meilleurs que les Genevois?
Ivan Pictet, président de la Fondation, a souligné que la santé des acteurs de la branche banco-financière de ces derniers douze mois pouvait être qualifiée de bonne à éclatante. Des bénéfices et des emplois en hausse, à l’inverse de la situation des finances publiques. Le banquier a ainsi déploré qu’en période de conjoncture favorable, le canton de Genève n’est toujours pas en mesure de maîtriser ses dépenses et réduire sa dette. Il a pris exemple sur le canton de Vaud qui, avec un budget équivalent à celui de Genève, a su inverser la tendance. « Genève est 24ème sur 26 cantons, dans le classement de la gestion des finances publiques, selon une étude réalisée par Bilan. C’est un très mauvais score! », a encore précisé le Président.

De bons chiffres, mais…
Le directeur Steve Bernard a ensuite communiqué les résultats de l’enquête conjoncturelle de la Place financière de Genève. Grâce à une forte participation à ce sondage, les chiffres reflètent 70% de l’activité de ce secteur. Mais si tous les indicateurs sont bons, le directeur de la Fondation a tenu à souligner que « …cette photographie du moment ne saurait toutefois créer l’illusion qu’elle est permanente et garantie pour les années à venir. Gardons la tête froide quant aux évolutions toujours imprévisibles des marchés financiers et des avantages compétitifs des diverses places financières internationales ».

Le rôle-clé de la formation
C’est justement dans cette perspective de compétitivité que Patrick Odier, Vice-président de la Fondation, a inscrit son intervention. Militant depuis des années pour une formation supérieure et qualitative, ce banquier privé, associé chez LODH, est totalement engagé dans le Swiss Finance Institute, institution issue de la fusion de deux filières et créée il y a neuf mois. Des Masters et des MBA y sont enseignés, grâce au concours de professeurs de très haut niveau. Patrick Odier souhaite donner à Genève un statut de place de formation de premier ordre, à l’image de son rôle de leader mondial dans la gestion de fortune.

Le projet de la Finma
Michel Dérobert, Délégué du Groupement des Banquiers Pivés Genevois, a dressé un bilan de la situation sur le plan législatif. Cet expert en questions politiques et légales au niveau suisse, européen et international, a notammant commenté le projet de création de la FINMA, autorité intégrée de surveillance des marchés financiers. La création de cette autorité est soutenue par les membres du Conseil de la Fondation.

En conclusion, l’on pourrait déclarer: « Tout va bien dans le meilleur des mondes, mais gare à l’excès de confiance ». Il semble en effet, que les crises du passé ont laissés des marques et des enseignements que les banquiers n’ont pas, et de loin, oublié. Et c’est tant mieux!

img1119.jpg

Steve Bernard, directeur de la Fondation Genève Place Financière