FNACA : Le Nord-Isère était bien représenté au 32e Congrès national

par | 4 Nov 2017

Le 32e Congrès national de la Fédération nationale des anciens ""combattants d’Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA) s’est tenu à Bourg-en-Bresse les 14, 15 et 16 octobre. Il a réunit près de 2 500 personnes. Jean-Marc Todeschini, Secrétaire d’État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, ainsi que de nombreuses personnalités, étaient  présents à ce grand rassemblement. Plus près de nous, la délégation de l’Isère comprenait
24 délégués, quatre observateurs et 14 épouses. Parmi eux, figuraient entre autres Charles Thuderoz, président départemental de la FNACA, Daniel Wojkowiak, secrétaire général (sur Grenoble et Paris), Alexandre Berlioz, responsable de la communication FNA-CA Isère, Georges Colombier, parlementaire honoraire et délégué FNACA, ainsi que les observateurs Bernard Chamaraud et Janine Meneses.
Pendant trois jours, les représentants du département ont participé aux différentes commissions de travail. Elles ont permis d’aboutir à un manifeste résumant les avancées et les revendications concernant les combattants de la “troisième génération du feu”. Lors de la dernière journée du Congrès, dimanche 16 octobre, les prises de paroles furent nombreuses. Parmi les intervenants, on citera Robert Créange, vice-président national de l'UFAC (Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre), Serge Barcellini, président national du Souvenir Français, Rose-Marie Antoine, directrice générale de l'ONAC (Office National des Anciens Combattants), Jean-François Debat, maire de Bourg-en-Bresse, Michel Fontaine, président de Bourg-en-Bresse Agglomération, Damien Abad, président du Conseil Départemental, et Arnaud Cochet, préfet de l’Ain.
Après l’allocution de Guy Darmanin, président national de la FNACA, c’est Jean-Marc Todeschini qui clôturait le Congrès national. Le secrétaire d’Etat était porteur de bonnes nouvelles. En effet, il a annoncé une augmentation de la retraite des Anciens Combattants et a conforté son attachement à la date du 19 mars 1962. À ce propos, il rappelait que cette date a été approuvée par une très grande majorité de Français. Prudence toutefois, cette date ayant été contestée par un candidat à l’élection à la présidence de la République 2017.
En clair, à l’issue de leurs travaux, les congressistes se sont félicités de la progression du montant de la retraite du combattant. Elle est contenue dans le projet de Loi de Finances pour 2017. Celle-ci se traduira par une augmentation de 4 points de l’indice et par une revalorisation de 3 % de la valeur du point au cours de l’année 2017. La FNACA a également pris acte du ralentissement de la baisse des moyens consacrés au droit à réparation. Une satisfaction puisque celle-ci était incessante depuis 15 ans. Considérant l’érosion démographique qui frappe désormais la “troisième génération du feu”, il est possible de satisfaire les revendications. Pour les délégués présents à ce Congrès, il est clair que cela peut se faire sans dépense supplémentaire.
 
À Paris le 19 mars 2017
Pour revenir à l’Isère, Clément Guillet, vice-président départemental indiquait : «Le 19 mars 2017 sera sans doute la dernière fois que nous ferons le déplacement à Paris. Nous célébrerons alors le 55e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie. C’est que nous prenons de l’âge. Comme pour le 19 mars 2013, le comité de l’Isère organisera un train “spécial” pour l’occasion.» En effet, c’est le 19 mars 1962 que prenaient fin dix années de conflit armé en Afrique du Nord. La FNACA rappelle que près de deux millions de jeunes hommes y ont donné, en moyenne, deux années de leur vie : «Ils l’ont fait avec abnégation, courage et sens du devoir.» Les délégués poursuivent : «Près de 30 000 d’entre eux ne sont pas revenus. 55 ans plus tard, notre association spécifique a su rester la première association nationale d’anciens combattants.» La journée nationale du souvenir et du recueillement (19 mars) a été instituée par la Loi du 6 décembre 2012.
Au cours de ce Congrès national, la FNACA a par ailleurs rappelé plusieurs points. Tout d’abord, elle entend agir et témoigner au nom des Français qui ont eu la malchance d’avoir 20 ans lorsque la guerre en Algérie éclata. Ils étaient près de 1,6 millions. Elle veut aussi témoigner au nom des 30 000 familles dont l’enfant n’est pas rentré vivant au pays. Les délégués FNACA ont ainsi réitéré leur exigence de ne voir figurer sur le Mémorial national de la guerre d’Algérie du quai Branly que les seuls noms des militaires et supplétifs morts pour la France en Algérie, Maroc et Tunisie. Les délégués et observateurs représentent plus de 4 000 comités locaux. Ils ont confirmé leur opposition à la date du 5 décembre, «sans aucune signification historique.». Ainsi, ils ont proclamé leur indéfectible attachement à la commémoration du 19 mars 1962.
Au cours de ce Congrès national, Guy Darmanin a été réélu président national. Notez que désormais, une veuve figure au sein du bureau national. Enfin, en ce qui concerne les réunions du secteur de Bourgoin-Jallieu, celles-ci se dérouleront les 6 janvier 2017 à Passins, 24 février à Salagnon, 5 mai à Saint-Alban-de-Roche et 2 septembre à Saint-Marcel-Bel-Accueil.
Carole Muet

2017-11-04

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest