L’Italie s’enfonce chaque jour un peu plus dans la crise du Covid-19, avec le jeudi 12 mars (au moment de notre bouclage), de nouvelles mesures de restriction des déplacements et d’ouverture des commerces. La Slovénie a fermé sa frontière avec la péninsule, l’Autriche la filtre (contrôles) et seuls les travailleurs frontaliers sont autorisés à passer en Suisse. Et côté France ? À l’instant T (jeudi 12 à 18 h), rien de particulier.

Les tunnels routiers (Mont-Blanc et Fréjus) demeurent ouverts tout comme le tunnel ferroviaire du Mont- Cenis. Mais il n’y a pas foule : le trafic au Mont-Blanc a chuté de 52 % pour les voitures, de 33 % pour les cars et de 8 % pour les poids lourds. Au tunnel du Fréjus, idem ou presque : -50 % pour les voitures, -22 % pour les cars et… +3 % pour les poids lourds, mais c’est en raison d’un report de trafic lors de la fermeture temporaire du Mont-Blanc pour cause de neige, il y a quelques jours.

Quant aux trains, un aller-retour quotidien sur trois a été supprimé entre Paris et Milan (via Lyon et Turin). « Pas pour raison sanitaire mais pour s’adapter à la fréquentation », explique la SNCF. Évidemment, « la situation est évolutive », insistent tous nos interlocuteurs.