Un homme, né en 1979 et originaire du Portugal, domicilié à Genève, a enfreint les articles 123 CPS (lésions corporelles simples) et 180 CPS (menaces). En effet, depuis avril 2007, soit depuis sa dernière arrestation pour violence conjugale, il n’a pas cessé de battre sa compagne. Celle-ci explique que, depuis qu’elle a retiré sa plainte d’avril 2007, il la frappe tous les deux à trois jours, sur tout le corps allant même jusqu’à lui casser une dent et à l’étrangler, parfois devant le fils de la victime âgé de deux ans. Ce jour, 22.08.2007, il a même appelé l’ex-ami intime de sa compagne. La conversation a rapidement pris un tour injurieux et menaçant. Il a fini par le menacer de mort. Sa compagne a également déposé plainte pour menaces : il l’aurait menacée de la jeter par la fenêtre. Il reconnaît partiellement les faits qui lui sont reprochés. Il dit qu’il est vrai qu’ils ont des problèmes de couple, mais à chaque fois, c’est au sujet du père de l’enfant soit l’ex-ami de sa compagne. Ce dernier n’arrête pas de téléphoner à la maison et ne se conforme pas aux décisions du jugement vis-à-vis de l’enfant. Il conteste les dires de son amie. Il ne la bat pas tous les 3 jours. Ils ont des scènes de ménage et des coups partent de part et d’autre. Il conteste les menaces de mort, les coups de pied et les coups de poing. Il conteste les injures et menaces de mort à l’encontre de l’ex.

img5952.jpg

Vu ce qui précède, il a été conduit à la prison, à disposition du Juge compétent