Dernièrement, l’association de la Maison du Pays des Couleurs (AMAPAC) tenait son ""assemblée générale au siège de la Communauté de Communes, à Morestel. Les membres du bureau prenaient place autour du président Maurice Bélantan, également maire de Vézeronce-Curtin, afin de dresser le bilan d’une année 2013 bien remplie. Maurice Bélantan débutait son propos en rappelant les missions de la Maison du Pays des Couleurs : «L’AMAPAC a en charge l’animation et la promotion du patrimoine du Pays des Couleurs. Elle assure également les missions d’accueil au sein de la Maison de Pays. Afin de lui permettre de remplir cette tâche d’intérêt public, la Communauté de Communes met à disposition les locaux et prend en charge les frais d’entretien et de fonctionnement du bâtiment. L’intercommunalité disposant d’un service promotion du patrimoine, elle travaille en partenariat avec l’association. Elle rémunère ainsi les deux agents qui assurent les permanences d’ouverture au public de l’espace d’exposition.»
Le président poursuivait : «L’association est liée à la Communauté de communes du Pays des Couleurs par convention d’objectifs. Sont membres de droit la CCPC et les communes du territoire, qui ont désigné un représentant. Sont membres adhérents les personnes physiques ou morales acquittant une cotisation annuelle d’un montant de 17 euros à ce jour. Au-delà de sa mission d’accueil des visiteurs, l’AMAPAC ont pour vocation la promotion et la mise en valeur du patrimoine et des savoir-faire locaux. Ses bénévoles gèrent et animent les écoutes patrimoniales, les expositions, les affiches et autres documents.»
En 2013, l’espace d’expositions de la Maison du Pays des Couleurs a été ouvert de mars à novembre, soit neuf mois. L’année 2013 a été assez moyenne en terme de fréquentation, puisqu’après une hausse en de 20% en 2012, elle a reculé de 17%, soit 3837 visiteurs. Ce qui représente 695 personnes en moins par rapport à 2012 (68 % en semaine et 32 % les week-ends). 34 groupes ont été reçus sur l’année. En outre, 1620 enfants ont bénéficié des écoutes patrimoniales dans les écoles.
Au fil de la réunion, Maurice Bélantan avait également une pensée pour les deux bénévoles qui les ont récemment quittés, Mme Bonnaz et M. Bataillon, qui oeuvraient au sein des écoutes patrimoniales de-puis la création de la Maison du Pays en 1993. Tous deux ont encore, en fin d’année 2013, fait des interventions dans les écoles. Les animations des week-ends à la Maison du Pays (chapelleries, vanneries, écritures, patois, luthiers, chorales, tambours amérindiens, écoles d’autrefois…) ont quant à elles attiré 730 personnes.
Les mois les plus fréquentés en terme de visiteurs à l’espace d’exposition ont été mai (800 visiteurs), novembre (542 visiteurs), août (504 visiteurs) et avril (480 visiteurs). Lors de la première exposition sur le thème “Découvrons la musique”, de nombreuses animations ont eu lieu sur le territoire. Ce sont près de 3000 personnes qui ont participé à ces animations en lien avec la musique (hors de la Maison du Pays). En conclusion, cette exposition pilotée par la CCPC a été très positive. La seconde exposition ayant pour thème “Et si l’on parlait d’hier” a vu beaucoup d’animations les week-ends (chapelleries, écriture à la plume, écoles d’autrefois, vannerie, patois…). En raison de problèmes internes, elle a été prolongée jusqu’au mois de décembre en complément de l’exposition “Les rencontres du colporteur”. Ce qui explique la baisse de fréquentation puisque d’ordinaire, les expositions ne durent pas si longtemps.
Pour Maurice Bélantan, il est clair qu’il faudrait un minimum de trois expositions pour maintenir le cap. Il était encore précisé que 38 permanences “week-ends” ont été tenues sur les neufs mois d’ouverture (50% par les salariés, 50% par les bénévoles). Du côté de la trésorerie, l’association enregistre un déficit de clôture atteignant 1 132 €.
Après plus de vingt ans d’existence, la Maison du Pays doit désormais réfléchir et se repositionner sur son avenir. Le président concluait : «Chacun s’accorde à dire qu’il y a un tournant à prendre en matière de gouvernance tout en se développant sur d’autres axes. Des solutions existent. La CCPC a créé un groupe de travail qui a comme objectif de plancher sur des propositions quant à l’avenir de la Maison du Pays. Quant au collectif de l’association AMAPAC, il a de son côté travaillé sur un projet qui a été présenté aux élus communautaires au second trimestre 2014.»
Carole Muet
""""

2015-08-06