Selon la statistique des frontaliers réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS), 179’400 travailleurs frontaliers étrangers étaient actifs en Suisse à la fin du 1er trimestre 2006. Leur effectif a augmenté de 1,4% par rapport à l’année précédente. Cette croissance est la plus faible enregistrée depuis 6 ans, mais elle reste supérieure à celle du nombre des actifs occupés (+ 0,7%). Depuis 5 ans, ce sont les branches des Services aux entreprises et de la Santé et activités sociales qui ont connu l’augmentation la plus forte de main-d’oeuvre frontalière.

Stabilisation de la part des frontaliers dans la population active occupée
La part des travailleurs frontaliers a augmenté depuis mars 2001 (3,7%) pour se stabiliser à 4,3% du total des actifs occupés à la fin des mois de mars 2005 et 2006. Leur taux de progression annuel, qui se situait entre 3 et 3,5% pour la période 2003-2005, a fortement diminué en 2006 pour atteindre 1,4%. Lors des 5 dernières années, c’est avant l’entrée en vigueur de l’accord bilatéral sur la libre circulation des personnes que la croissance du nombre de frontaliers a été la plus importante (+6,3% entre fin mars 2001 et fin mars 2002). Depuis le 1er juin 2002, les frontaliers ont le droit d’exercer une activité indépendante en Suisse. Environ 400 personnes profitent actuellement de cette possibilité.

Progression importante dans la région lémanique
La Région lémanique a connu la plus forte croissance des effectifs de frontaliers au cours des 5 dernières années (+45%) et le nombre de travailleurs frontaliers y est désormais le plus élevé. Suivent l’Espace Mittelland (+23%), Zurich (+23%) et le Tessin (+18,5%). La Suisse du Nord-Ouest (+5%) a vu le nombre de ses travailleurs frontaliers augmenter de façon nettement inférieure à la moyenne alors qu’en Suisse orientale celui-ci a diminué (-5%).
Au Tessin, près d’un travailleur sur cinq est un frontalier (19,4%). Dans la Suisse du Nord-Ouest, ils représentent 9,3% de la population active occupée, et 7,8% dans la Région lémanique. Les autres grandes régions occupent moins de 3% de frontaliers. Plus de la moitié des travailleurs frontaliers résident en France (98’000 / 55%). Les frontaliers résidant en Italie (38’800 / 22%) et en Allemagne (36’400 / 20%) sont quasiment à parts égales, alors que 3% des frontaliers ont leur domicile en Autriche (6300).

img241.jpg

La région lémanique a enregistré une forte progression du nombre de frontaliers