Un album enregistré à Londres, entouré des musiciens-producteurs tout à fait exceptionnels, ceux qui ont fait de Plan B l’un des représentants les plus armés de la soul revisitée à l’anglaise, le guitariste et bassiste Eric Appapoulay, le batteur Cassel the Beatmaker et l’ingénieur du son David McEwan. Les amateurs du genre découvriront sous un nouveau jour certains classiques « rhabillés » d’une manière inédite. « Quand tu danses » de Bécaud, qui ouvre l’album, fait partie de ceux-là, avec sa batterie rock et son impeccable section de cuivres qui remplacent le piano et la clarinette jazz d’origine. Même sentiment de redécouverte pour ce sublime « I put a spell on you » enrobé de cordes en volutes qui n’en finissent pas de s’envoler, à mi-chemin entre la rugueuse masculinité de la version de Creedence Clearwater Revival et la féminité indolente de celle de Nina Simone. Enfin, « Le jour se lève », très beau blues interprété naguère par Esther Galil éclaire tout l’album d’un jour particulier. « Car c’est un classique indémodable, dit-il. Il a une neutralité et en même temps une profondeur exceptionnelle. » A l’image de ce nouvel album, instinctif et cérébral à la fois.

img20132.jpg

Garou en concert le 1er juin 2013 à l’Arena de Genève