«Place des Affaires» et de la Franchise tiendra sa cinquième édition
du 2 au 6 février en la Halle 7 de Geneva Palexpo. Rencontre avec Claude
Membrez, directeur général de Palexpo SA, Thierry Marchon, sous-directeur, coordinateur technique, et Daphnée Mauran, responsable grands comptes

Quel fut le cheminement qui conduisit Place des Affaires à se déplacer du Centre international des conférences de Genève (CICG) vers Palexpo?
A l’origine, Place des Affaires s’est créée ici à Palexpo, au sein de la Foire de Genève. Mais il faut bien comprendre ce qui distingue une foire où l’on vend des produits, des biens d’équipements ou encore des services au public le plus large, d’une opération telle que Place des Affaires qui ne vend pas directement des produits, mais, bien plutôt, met en relation des partenaires en vue de les faire échanger leur spécificité avec d’autres entités, qu’elles soient commerciales, culturelles institutionnelles, sociales afin de développer de nouveaux liens, de nouveaux partenariats. On peut, en l’occurrence, évoquer le terme de «marketing événementiel». Pour imager le propos, précise Claude Membrez, pensez que si vous voulez acheter des stylos, vous vous rendrez dans une foire; mais que si vous recherchez un certain type de stylo, genre, époque, que vous avez en quelque sorte une démarche de collectionneur, vous vous intéresserez à un autre créneau de diffusion, à un autre type de rencontres avec des gens qui ont la même passion que vous. Place des Affaires ressort davantage de cette dernière catégorie et devait logiquement trouver sa place hors d’une foire de grande consommation.

Peut-on parler de WEF bis, si l’on ose la comparaison?
Le World Economic Forum est fascinant confirme le directeur général qui a eu l’occasion d’assister à l’une de ses éditions. Mais les deux institutions ne font pas le même métier. Les participants de Davos sont là en tant que personnalités – politiques, économiques, culturelles-, alors que ce sont des entreprises et institutions qui sont représentées à Genève dans le cadre de Place des Affaires.

La Halle 7 est-elle particulièrement appropriée pour cette manifestation?
Oui, fait remarquer Thierry Marchon, car Place des Affaires précède le 79e Salon International de l’Automobile dont le montage commencera dans les Halles 1 à 6 dès le début du mois de février alors que la 7, dévolue aux accessoiristes automobiles, n’est requise que plus tardivement. Et le beau parallélépipède de la Halle 7 se prêtera particulièrement bien à une distribution des espaces de rencontres, telle que le montre le plan d’implantation des stands de Place des Affaires.

Quelques semaines avant l’ouverture de la manifestation, ce plan d’implantation est bien fourni…
Oui, se réjouit Daphnée Mauran, puisque près de 300 inscriptions sont acquises à ce jour. Et on retrouve bien les quatre typologies évoquées il y a un instant: commerciales, culturelles, institutionnelles, sociales. La Halle 7, forte de ses 15.000 m2, se prête particulièrement bien à une exploitation indépendante car elle est dotée d’une entrée principale. De plus, on ne peut pas être mieux reliés à tous les acteurs de la mobilité car la 7 est au cœur d’un réseau rail, route, air, transports publics urbains.

Pour tout habitant de la région genevoise, Palexpo est bien connu. C’est le lieu des grandes expositions par excellence. Pour le citoyen lambda, c’est le Salon de l’automobile et le Salon du livre et de la presse qui leur viennent sans doute en premier à l’esprit, mais c’est une pleine année d’expositions que l’on découvre – ou redécouvre sur votre site avec, notamment, le retour à Genève de Telecom cet automne.
Palexpo, ce sont plus de 100.000 m2 d’espaces couverts reliés les uns aux autres sans discontinuité. 150 collaborateurs s’activent tout au long de l’année dans la maison. Ce sont CHF 500 mios par année qui reviennent pour le seul canton de Genève confirme Claude Membrez, sans compter les retombées pour la région valdo-franco-genevoise. Palexpo ne bénéficie pas de subvention de l’Etat mais, en revanche, rend des comptes à ce même Etat. Oui, nous sommes heureux d’accueillir à nouveau Telecom. Claude Membrez reste songeur un instant: ce ne fut pas facile, on le sait, et c’est grâce aux efforts du Chancelier que nous y sommes arrivés. Mais Telecom est bien de retour.

Quelques mutations seraient attendues du côté du Salon du livre et de la presse ainsi que de sa manifestation corolaire: Europ’ART?
Pierre-Marcel Favre, le créateur et infatigable animateur du Salon depuis plus de 20 ans, se défait du poids de sa direction générale et endosse le rôle de sage pour le futur de la manifestation. Europ’ART est désormais conduit par un comité présidé par l’artiste et graphiste genevois bien connu: Roger Pfund.

L’avenir de Palexpo?
Il est développé dans notre concept «Vision 20XX» tel que nous l’avons présenté au printemps 2008. Nous sommes au début d’un vaste programme de rénovations. Les bâtiments et les équipements s’usent. De plus, nous multiplierons les salons de réunions partout dans la maison. Ce programme, dont un plus large développement est présenté sur internet, s’étendra sur plusieurs années afin de permettre une suite normale de l’ensemble des activités tout au long de l’année. Propos recueillis par Michel Aebischer

img11484.jpg

Geneva Palexpo devient partenaire de «Place des Affaires».
Rencontre avec Claude Membrez, directeur général de Palexpo SA, Thierry Marchon, sous-directeur, coordinateur technique, et Daphnée Mauran, responsable grands comptes