De nombreuses informations ont déjà été transmises au Conseil municipal sur la situation de l’amiante dans les écoles de la Ville de Genève. Le Service des écoles et institutions pour l’enfance traite cette problématique depuis plus d’un an. Ce texte est un point de situation au 15 janvier 2008. Le Service des écoles et institutions pour l’enfance a entrepris une expertise de l’ensemble des bâtiments construits avant 1991, expertise suivie d’analyses d’air partout où des matériaux amiantés ont été découverts en quantité significative. Une démarche similaire avait déjà été effectuée en 2001, mais les résultats se sont avérés non fiables par la suite, notamment en raison de l’évolution des connaissances.

Cette nouvelle étude montre que les écoles de la Ville de Genève sont elles aussi touchées par le problème de l’amiante et a permis d’établir une liste d’interventions à réaliser dans 23 lieux. Pour la grande majorité de ces interventions, la localisation des matériaux (dans les chaufferies ou autres locaux de service), ou leur faible quantité, ou encore le fait que l’amiante soit fortement aggloméré, ne justifient aucune inquiétude.

En revanche, trois écoles nécessitent des travaux d’assainissement plus importants :
– L’école de Vieusseux, dans laquelle la première étape de changement des fauxplafonds
a déjà été réalisée l’été dernier, sur décision du Conseil administratif,
– L’école des Crêts-de-Champel où le problème devait être résolu par le changement
des luminaires en été 2006 mais dans laquelle les nouvelles expertises ont montré
que l’isolation phonique de la salle de cinéma de l’école devait également être
assainie,
– Le bâtiment A de l’école de Contamines, dans lequel il faut procéder au changement
de l’ensemble des faux-plafonds, éventuellement en deux étapes compte tenu de
l’importance des travaux.

Pour ces trois écoles, le Service des écoles et institutions pour l’enfance est d’ores et déjà autorisé à procéder aux appels d’offres nécessaires. Dès que le service aura obtenu les offres, il procédera aux commandes et, parallèlement, une demande de crédit, de l’ordre de CHF 600.000.- à CHF 700.000.- sera soumise au Conseil municipal. Cette démarche inhabituelle, à savoir que le Conseil municipal sera saisi de la demande de crédit alors que
les commandes seront déjà en cours, se justifie par le contexte de cette problématique. Tenant à ce que ces travaux soient réalisés durant l’été 2008, la Ville de Genève doit s’assurer dès maintenant de la disponibilité des entreprises spécialisées.

Les travaux qui doivent être faits et qui sont identifiés à ce jour le seront dans les meilleurs délais et le Conseil municipal recevra toutes les informations à ce sujet dans le cadre de la demande de crédit qui lui sera soumise. Par ailleurs, compte tenu de ce contexte d’incertitude, la décision a été prise d’élargir les expertises déjà effectuées à d’autres écoles qui, dans un premier temps, ne suscitaient aucune inquiétude en raison de leur période de construction, ainsi qu’aux crèches et aux maisons de quartier. Cette étude débouchera sans doute sur une deuxième demande de crédit d’ici la fin de l’année.

img7603.jpg

L’étude démontre que les écoles de la Ville de Genève sont elles aussi
touchées par le problème de l’amiante et a permis d’établir une liste d’interventions à réaliser dans 23 lieux différents.