La Convention collective du gros œuvre a été dénoncée par les entrepreneurs suisses pour la fin du mois de septembre 2007. Or, cette convention, qui est une des plus importantes de Suisse, réglementait jusqu’ici notamment les conditions de travail en matière de salaires, d’horaires de travail et d’assurances sociales. Cette dénonciation conduit donc à un vide conventionnel et risque de provoquer la dégradation des conditions de travail des travailleurs genevois du secteur du gros œuvre.

Face à ce risque de démantèlement salarial et social, le Département des constructions et de l’aménagement de la Ville de Genève se doit de réagir : en tant qu’entité adjudicatrice de marchés publics, il exige, conformément à la législation applicable à la passation des marchés publics en matière de construction, que les offres soient accompagnées d’une attestation délivrée par l’OCIRT (dite attestation multipack), certifiant que l’entrepreneur s’est engagé à respecter les usages de la profession en vigueur à Genève, qui reprennent pour l’essentiel les principes de l’ancienne CCT du gros œuvre (CN06) et de la CCT genevoise, y compris les augmentations salariales pour 2007 et 2008.

Le Département des constructions et de l’aménagement de la Ville de Genève se tient par ailleurs à disposition pour participer à ces discussions. D’ores et déjà, il invite les entrepreneurs genevois à intervenir auprès de leurs homologues alémaniques afin de trouver une solution rapide au conflit.

img6577.jpg

Le Département des constructions et de l’aménagement de la Ville de Genève se détermine face au conflit du travail entre les ouvriers et les entrepreneurs du gros œuvre.