Genève subit une crise “historique”

par | 15 Oct 2020

La crise économique provoquée par la pandémie devrait être d’une ampleur inédite, selon l’Office Cantonal de la Statistique.

Inédite par sa soudaineté, la crise économique devrait se traduire par une contraction du PIB du canton de Genève de 5,5 % en 2020, selon les dernières projections de l’Office cantonal de la statistique (Ocstat). Afin de tenter de mieux cerner les contours de cette récession, l’institution s’est livrée à un exercice de mise en perspective historique dans un dossier consultable en ligne (voir lien au bas de cet article). L’analyse dessine les contours d’une crise dont l’ampleur devrait être véritablement historique, même si les conséquences diffèrent d’un indicateur à l’autre.

PIB

Si le PIB cantonal recule effectivement de 5,5 %, il s’agira de la deuxième plus forte chute enregistrée au cours des six crises économiques survenues depuis le début des années 1970 (cf. graphique), juste derrière le premier choc pétrolier (-6,7 % en 1975), mais devant le second (-1,3 % en 1982), la bulle immobilière et bancaire des années 1990 (-0,9 % en 1991), l’éclatement de la bulle Internet (+0,2 % en 2001), et la crise des subprimes (-3,4 % en 2009).

Emploi

Avec un taux de chômage à 5,2 % à fin septembre 2020, le canton limite pour l’instant la casse. Même s’il est nettement supérieur au taux de 3,7 % enregistré en novembre 2019 (le plus bas depuis presque vingt ans), ce dernier est encore loin du pic historique à 8 % en 1994 et 1997, et, plus récemment, des 7,2 % atteints fin 2009, en pleine crise mondiale des subprimes. Dire qu’en janvier 1970, neuf chômeurs seulement étaient inscrits dans le canton !

Nuitées hôtelières

Le total des nuitées annuelles dans les hôtels du canton de Genève est passé de 2,6 millions en 1970 à 3,2 millions en 2019. Si les crises conjoncturelles se concrétisent en général par un mouvement à la baisse du nombre des nuitées, une des périodes les moins fastes pour l’hôtellerie genevoise se situe à la fin des années 1980, dans un climat conjoncturel pourtant excellent et alors que l’aéroport enregistre des taux de croissance annuels marqués.

Passagers à l’aéroport

Dans le monde d’avant, la direction de Genève Aéroport se félicitait des 17,9 millions de passagers accueillis en 2019 (6,5 fois plus que les 2,7 millions de 1970) et ambitionnait de dépasser la barre des 20 millions. Confronté à la plus grave crise de son histoire, l’aéroport de Cointrin anticipe une chute de sa fréquentation de plus de 60 % en 2020. Avant cet épisode, le nombre de passagers n’avait reculé qu’à huit reprises au cours des cinquante dernières années.

Bourse

Les cours boursiers restent contenus jusqu’aux années 1990. Ainsi, le crash boursier d’octobre 1987 à Wall Street est à peine visible en Suisse. Durant les années 1990, alors que la Confédération traverse une longue période de stagnation économique, sa place boursière connaît un essor inédit, comme toutes les places boursières mondiales. Les cours atteignaient des sommets avant l’apparition de la Covid-19, et font preuve d’une certaine résilience depuis (-4 % depuis le début de l’année).

Pour aller plus loin :

https://www.ge.ch/statistique/crises/


Par Matthieu Challier

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest