Comme toutes les grandes villes côtières de Rio De Janeiro à Nice ou Vancouver, la capitale ghanéenne Accra rêve de développer son front de mer et d’y attirer les plus grands investisseurs immobiliers. Aujourd’hui, ce sont des bureaux du gouvernement, des habitations de fortune, un hôtel et le centre culturel qui s’étirent le long des 2,4 kilomètres de côtes de la ville. Parmi les projets qui changeront cette physionomie, la « Route Marine » (Marine Drive Project), dirigée par le cabinet d’architecture de l’anglo-ghanéen David Adjaye, devrait coûter quelque 10 milliards de dollars pendant 10 ans de travaux, sur près de 100 hectares.

Lire l'article originel >>