Fêter ses 25 ans dans un domaine aussi récent que l’informatique est un phénomène encore assez rare. Autour de Frank Servais, le fondateur de GIT, on retrouve une équipe de créatifs, d’enthousiastes et de passionnés. Et pas seulement d’informatique!

1981
Que d’événements en 1981: Bjorn Borg remporte Roland Garros, François Mitterrand est élu président de la République française, le Prince Charles épouse Diana, naissance de Britney Spears, le pape Jean-Paul II est victime d’un attentat et…? Et Frank Servais crée la société GIT, Gestion Informatique pour Tous. Loin des feux de l’actualité, car non seulement Frank Servais fuit les mondanités, mais il sait que lancer un projet n’est jamais gagné d’avance. Si aujourd’hui GIT est un des leaders suisse des logiciels de gestion financière d’entreprises, c’est parce que Frank Servais et son équipe de 25 collaborateurs respectent trois principes: créer, créer, créer!

Le 1er programme multi monnaie
«Mais avant de créer, nous écoutons», précise Albin Delavy, membre de la direction, en charge notamment de la stratégie et du marketing. Et c’est ainsi depuis le début. L’année de la fondation de la société, alors que Frank Servais a déjà testé le premier Apple commercialisé par Steve Jobs, il décèle le potentiel des premiers PC d’IBM. Il réécrit, – ni plus ni moins! – un programme de comptabilité (de sa propre fabrication) sous MS DOS en Pascal (langage de programmation). GIT devient ainsi la première société informatique romande à écrire un programme de comptabilité multi plateforme sur PC. Suivent le premier programme de comptabilité multi monnaies, puis un système de caisse enregistreuse directement connecté à un logiciel qui gère les stocks de marchandises, permettant, entre autres, d’opérer une gestion en «flux tendu».

1998
En 1998, GIT ouvre ses applications au système multipostes UNIX, puis édite une version de tous ses logiciels sous Windows.
Aujourd’hui, la ligne de produits s’articule autour de la comptabilité, avec notamment Win€UR, référence en matière de gestion de comptabilité d’entreprises, petites ou grandes, installé dans plus de 80 pays, auprès de 4’000 clients! Ce n’est donc pas une surprise de trouver IKEA, IATA ou la Barclays Bank parmi les clients de GIT.

Deux secondes pour une facture!
Aujourd’hui, la société occupe plus de 25 collaboratrices et collaborateurs, dont douze développeurs, la plupart issus du milieu universitaire. Une partie d’entre eux sont installés dans le centre de développement que GIT a ouvert en Moldavie. L’innovation est une constante dans cette entreprise. A peine un nouveau logiciel est-il commercialisé, que GIT travaille sur une nouvelle version ou sur de nouveaux produits. C’est ainsi que l’entreprise genevoise a développé un logiciel d’archivage électronique des pièces comptables utilisant une signature électronique agréée par la Confédération. Grâce à ce logiciel, l’utilisateur est en mesure de retrouver une facture en moins de… deux secondes! Depuis deux ans, ce programme ne cesse de s’améliorer, avec deux gros avantages à la clé: plus de performance et un meilleur rapport qualité prix.

L’avenir avec dot.net
Et demain? Une mini révolution est en cours, avec une plateforme intitulée dot.net, encore méconnue du grand public. Dans ce cadre, GIT conduit actuellement un projet très ambitieux qui consiste à dématérialiser les factures en les imputant automatiquement dans la comptabilité. «Plus de 70% des factures ne nécessiteront plus d’intervention humaine», explique Albin Delavy, dont le regard témoigne d’une envie irrésistible de s’engager pour ce type de nouveau challenge. Typiquement GIT!

img843.jpg

Albin Delavy, Frank Servais, Roland Gaudard, Michel Koehler