Certes, l'église de Nivolas n'est pas la chapelle Sixtine. Mais la façon dont les lieux ""ont été utilisés par Thibaut Casters pour positionner le double chœur du “Miserere mei Deus” de Gregorio Allegri lui a donné une force émotive qui a marqué le point d'orgue de cette brillante soirée consacrée à la musique baroque italienne. Le chœur principal de l'ensemble vocal de la Tour-du-Pin, “Harmonia Chorus”, était placé sur les marches de l'autel, tandis que le second, du haut de la tribune, lui répondait après la déclamation pure du chef de chœur. Ce chœur aérien, ponctué par la voix cristalline de la soprano, a enthousiasmé le public qui a fait une ovation à ce bel ensemble musical. 
Mais on ne saurait s'arrêter uniquement sur le final. La totalité du concert fut une agréable déambulation à travers un peu plus d'un siècle de musique polyphonique. Partant de morceaux de la Renaissance avec “Palestrina”, Thibaut Casters permettait au public de suivre les évolutions qui ont marqué les musiques liturgiques et profanes de ce siècle. Autre moment fort, le final à six voix de l'Oratorio de Carissimi a fait vibrer les spectateurs à l'unisson. Un régal ! 

2016-10-15