Ici, un maître-mot et une préoccupation centrale: la qualité et le respect, tant pour les clients que pour la centaine d’employés.

Il était une fois… Henri et Irène Harsch. Genève affiche au calendrier l’année 1957. Ensemble, ils démarrent une activité de transport d’œuvres d’art. En 1972, leur fils Bertrand les rejoint.
Les locaux sont venus s’installer à Carouge, ont grandi, beaucoup grandi et sont au top de la technologie et de l’informatique en matière d’archivage notamment, pour les groupes ou les particuliers.
Les activités vont bon train et lorsque l’on sait emballer puis transporter des œuvres d’art, on sait aussi proposer des déménagements (75% du chiffre d’affaires) avec le même soin, la même sécurité, dans le monde entier. Chez Harsch on est aussi garde-meubles et l’on innove encore et toujours. Depuis 2004 on propose ici la relocation (à prononcer à l’anglaise), une activité qui permet à quiconque arrivant de l’étranger de trouver par l’entreprise de relocation un logement, des écoles etc. et une acclimatation à la Suisse.
Le transport d’œuvres d’art, même s’il ne constitue aujourd’hui que 25% des activités de l’entreprise demeure un magnifique hommage à l’initiateur d’un succès incontestable, Henri Harsch.

Le monde est notre pays
Dès le 5 décembre, le Musée d’Ethnographie de Genève accueille une exposition vaudou étonnante que l’entreprise Harsch vient de transporter depuis Haïti. Des voyages et des caissons, un transport étalé sur six semaines soigné et particulièrement préparé par une équipe minutieuse et soucieuse d’une réputation qui ne se fane pas, les merveilles vaudou ont fait un beau voyage dans de véritables écrins. Ce professionnalisme et ce succès ont largement été évoqués lors de la fête du 20 septembre dernier aux Sablières en présence des acteurs de la vie de l’entreprise, des clients aussi. Un beau moment d’hommage avec les évocations de Bertrand Harsch, de ses collaborateurs et celle admirative et emplie de fierté de Pierre-François Unger. La qualité appelle la confiance, je suis heureux que Genève n’ait rien à devoir à la Suisse alémanique dans ce domaine d’activité a-t-il souligné. Harsch s’est même installée à Zurich et Bâle. Cela fait du bien. Cette entreprise est admirable et nous fait honneur. La tradition familiale est respectée et Bertrand Harsch et ses collaborateurs ont su faire prospérer un outil tout en préservant magnifiquement sa première raison d’être».
Et Harsch Transports n’a nullement l’intention de s’arrêter en si bon chemin. Les projets demeurent bien présents avec celui de l’agrandissement des locaux, agrandissement nécessaire qui respectera l’environnement (géothermie). «Nous visons la norme ISO 14000. C’est un sujet suffisamment préoccupant pour que nous le prenions à cœur» souligne encore Bertrand Harsch.Anik Blanc

Repères
L’entreprise genevoise Harsch Transports a fêté le 20 septembre dernier, ses cinquante ans. La «quinqua» dynamique et innovante, qui se place dans le peloton de tête des entreprises de déménagement en Suisse, fait la fierté de son CEO Bertrand Harsch. Déménagement à l’attention des
entreprises, bureaux et personnes privées. Entreposage et gestion informatisée d’archives
Emballage, manutention et transport d’œuvres d’art (Musées, galeries, personnes privées, collectionneurs…). Harsch est membre d’ICEFAT, une association qui réunit les transporteurs d’œuvres d’art du monde entier.

img7293.jpg

Harsch Transports a fêté le 20 septembre dernier, ses cinquante ans