Le géant de la bière néerlandais Heineken va reprendre le brasseur lucernois Eichhof, numéro trois sur le marché suisse de la bière et dernier grand producteur indépendant.
Le conseil d’administration de Eichhof accepte l’offre de Heineken qui porte sur quelque 280 millions de francs. Par le passé, Heineken a déjà racheté les bières suisses Calanda et Haldengut.

Heineken International NV veut reprendre le secteur boissons de Eichhof, selon les communiqués publiés jeudi à Amsterdam et à Lucerne. Le groupe offre 278,5 millions de francs ou 1.657,30 francs par action de la nouvelle société. Les détails de l’offre seront publiés en principe le 7 mai prochain. La transaction devrait être réglée d’ici le 3ème trimestre 2008.

Cette annonce a suscité une véritable euphorie parmi les investisseurs. A l’ouverture à la Bourse suisse jeudi, l’action nominative Eichhof faisait un bond de 20% pour s’inscrire à 2.400 francs, atteignant même un pic de 2.448 francs (+22,4%). Le cours est quelque peu retombé par la suite et, en début d’après-midi, le titre s’échangeait à 2.370 francs (+18,5%).

Le portefeuille immobilier de Eichhof, qui représente quelque 100 millions de francs, sera vendu et l’entreprise de colorimétrie Datacolor placée en Bourse.

Selon Werner Dubach, président et actionnaire principal d’Eichhof, l’offre du groupe néerlandais est favorable aux actionnaires ainsi qu’au maintien des 450 emplois sur le site.

Avec la reprise de Eichhof, Heineken confortera sa deuxième place en Suisse, passant de 13 à 23% de part de marché.

Le numéro un de la bière en Suisse est le groupe danois Carlsberg qui, en 2000, avait absorbé le groupe Feldschlösschen-Hürlimann.

img8832.jpg

Heineken confortera sa deuxième place en Suisse, passant de 13 à 23% de part de marché.