La médecine hautement spécialisée n’est pas concentrée dans les hôpitaux universitaires, à l’exception de quelques domaines (transplantations, interventions sur le système nerveux, chirurgie cardiaque et oncologie pédiatriques). C’est ce que montre une étude de l’Office fédéral de la statistique (OFS) portant sur l’année 2005. Il est à noter également que le nombre moyen de cas traités par hôpital est peu élevé pour plusieurs interventions hautement spécialisées.

L’étude de l’OFS a été établie grâce aux chiffres de la statistique médicale des hôpitaux 2005. Elle présente le nombre de cas traités et de prestataires de soins dans des domaines choisis de la médecine de pointe, ainsi que les coûts de ces prestations. Le choix des domaines médicaux retenus est basé sur les travaux de la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) et sur les expertises commandées par les cantons de Zurich, d’une part, de Berne et de Bâle-Ville, d’autre part, sur le thème de la coordination nationale de la médecine hautement spécialisée. L’étude de l’OFS fournit un aperçu quantitatif, pour l’ensemble du pays, de différents domaines ressortissant à la médecine de pointe ; elle constitue une base d’information utile en vue de futurs travaux de délimitation et de planification de ce domaine de la médecine.

Les prestations hautement spécialisées ne sont pas l’apanage des hôpitaux universitaires
En Suisse, la pratique de la médecine de pointe ne se limite pas aux hôpitaux universitaires. Il n’y a qu’un nombre restreint de domaines (transplantations, interventions portant sur le système nerveux, chirurgie cardiaque et oncologie pédiatriques, implantations de prothèses de la cochlée) dans lesquels les hôpitaux universitaires fournissent plus de 70% des prestations. Dans les autres domaines, un nombre relativement élevé d’hôpitaux non-universitaires (en particulier de prise en charge centralisée) offrent également des prestations hautement spécialisées. Les hôpitaux universitaires sont généralement ceux qui traitent le plus grand nombre de cas par établissement ; le nombre moyen de cas traités par hôpital est cependant relativement bas dans beaucoup de domaines de la médecine de pointe.

img6675.jpg

La médecine de pointe est largement pratiquée en Suisse.