La nouvelle station “Epur’Vallons” répond désormais aux be-soins actuels mais au""ssi futurs (horizon 30 ans) des 7 communes qui y sont raccordées partiellement pour une capacité de 40.000 équivalents-habitants. Les communes concernées sont Cessieu, Rochetoirin (partie Sud), Saint-Jean-de-Soudain, La Chapelle-de-la-Tour, Saint-Didier-de-la-Tour et La Tour-du-Pin.
Pour faire simple, le système utilisé reproduit ce qui se passe dans la nature grâce à l’utilisation de bactéries spécifiques. Celles-ci, au contact des eaux usées, se nourrissent de la matière organique et de la pollution présentes dans ces effluents. Ce principe est ce que l’on appelle le traitement biologique. D’ailleurs, Valériane Lauransot, Chef de Projet chargée de l’opération, nous précise que la présence de roseaux dans les bassins de rétention de la nouvelle station d’épuration n’est pas un hasard. Ils remplissent un rôle bien précis puisqu’ils affinent le traitement de l’eau avant son rejet dans la Bourbre.
Les élus ont bien pris conscience qu’il est impératif de garantir l’accès à l’eau pour tous. Pour cela, tout un chacun se doit de veiller à une gestion dans le respect de l’environnement car nous ne devons pas sous-estimer, dans l’avenir, le manque d’eau.
C’est pourquoi les territoires travaillent de concert dans le souci de la préservation des milieux. “Le sujet de la ressource en eau, de sa protection et de sa préservation se fait dans tous les bassins de la Région”. D’ou l’importance du rôle fédérateur des acteurs sur des projets partagés. “Il y a bien une politique départementale sur notre territoire”.
Il ne faut pas oublier le contexte historique remontant à 1981 et concernant la directive européenne sur les eaux résiduaires urbaines (ERU). Des directives qui n’étaient pas respectées puisqu’en 2004 la France a été condamnée par le Conseil de l’Etat. Le Pays devait appliquer la circulaire. Ainsi, les stations d’épuration de Bourgoin-Jallieu et de La Tour-du-Pin ont été mises en demeure de “mise aux normes européennes” en 2007 !
Et si la station d’épuration de Bourgoin-Jallieu a été financée par l’Etat à hauteur de 7 millions d’euros (accompagnement de la sortie de l’ex Ville Nouvelle), ce n’est pas le cas d’Epur’Vallons.
Le coût de l’opération (études + travaux) s’élève à 16 millions d’euros avec des aides du Conseil général à hauteur de 1,8 millions d’euros – de l’Agence de l’Eau pour 3,8 millions d’euros. Le reste émanant des “Vallons de la Tour”.
Le chantier a débuté en septembre 2011 pour une mise en service en avril 2012 (traitement tertiaire). En décembre 2012, l’ancienne station d’épuration a été basculée sur la nouvelle.
Cette construction a été réalisée en prenant en compte l’évolution démographique et économique du territoire.
C’est devant un parterre d’élus et de partenaires dont, entre autres, Thierry Demaret, sous-préfet de l’arrondissement de La Tour-du-Pin – Pascal Payen, président des Vallons de la Tour – Joël Bourdic, vice-président à l’eau et à l’assainissement – Christian Nucci, vice-président du Conseil général – Joëlle Huillier, députée de l’Isère – Roland Corsat, maire de Cessieu – l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse… qu’il a été procédé à l’inauguration de la station d’épuration “Epur’Vallons”.

Texte et photos : Carole Muet
""


2014-08-02