Silvia Campanelli a travaillé longtemps dans le circuit bancaire. Depuis trois ans, elle exerce ses talents à l’ifage, et transmet ses compétences dans le domaine particulier de la communication.

Vous avez abandonné la banque pour faire partager votre savoir-faire. Quels sont les domaines que vous abordez plus précisément?
Depuis trois ans, maintenant, je suis indépendante. Outre l’ifage où je donne deux cours différents, je suis conseillère financière et je fais de la formation dans les entreprises. C’est là que je trouve parfois mes élèves qui souhaitent entreprendre une remise à niveau, posséder les bases théoriques d’une pratique qu’ils exercent déjà au sein de l’entreprise.

Quels sont les cours actuels que vous proposez?
J’ai un cours typiquement en langue anglaise – attention, je n’enseigne pas l’anglais -. Mon rôle est de parler avec les élèves pour faciliter une conversation courante et adaptée au milieu qui est le leur. Je les conduis grâce à cette communication à aborder le diplôme d’assistante administrative ou d’assistante de direction dans l’hôtellerie ou, plus largement, vers le certificat d’hôtesse d’accueil dans les activités de tourisme.
Le second cours concerne plus précisément la communication dans le cadre du diplôme «Relationship Manager». Enfin, je suis responsable pédagogique à l’ifage et conseillère en formation. Mes cours sont dispensés deux à trois fois par semaine.

Avez-vous d’autres projets en cours?
Dès février 2008, je démarre, toujours à l’ifage, une formation d’initiation au monde bancaire, puis des cours en anglais sur la «macroéconomie». Grâce aux mandats au sein d’entreprises genevoises, je fais le relais entre l’ifage et le terrain. Par cette formation, l’ifage répond aux besoins réels des apprenants.

Pourquoi avoir choisi l’enseignement après la banque?
J’aime communiquer, transmettre, donc partager. Je reçois autant que je donne. C’est un choix qui me plaît et je demeure enthousiaste à l’idée de combler les lacunes des étudiants.

img6912.jpg

Silvia Campanelli