L’objectif des jeudis de la FAAG est la formation continue à tous les âges. Nous avons choisi de privilégier une forme d’ateliers interactifs car les aîné-e-s sont très actifs et avec la vie et les années, ils ont acquis beaucoup d’expériences. Ce jeudi 26 octobre le thème est :
«Archives privées-mémoire collective».

Archives privées?
Au cours d’une vie, on accumule des documents, de la correspondance, des photographies, des cartes postales ; toute sorte de papiers. Souvent beaucoup. Trop ? On jette aussi. Au cours d’un déménagement surtout; lorsqu’on entre dans un EMS ; lorsqu’on va prendre le « train pour l’au-delà » comme dit Jacques Brel. Qu’est-ce qu’on garde, qu’est-ce qu’on jette ? Quel sens cela a-t-il de garder des lettres, des papiers d’identité, des factures, des diplômes, des livres et des carnets de cuisine, des livres du bébé, des journaux intimes ? Est-ce parce chaque document contient des souvenirs personnels ? Est-ce parce qu’il renvoie à l’histoire individuelle ? A l’histoire collective : celle d’un temps qui n’est plus, d’un temps passé ? Est-ce parce que chaque bout de papier, si petit soit-il, renvoie à soi-même, à son vécu, à l’originalité de son expérience, à l’unicité de sa propre vie ?

L’association
L’Association Les archives de la vie privée se propose d’amener une réflexion, en atelier, sur la présence chez chacun d’entre nous d’archives dites «privées», sur le rôle qu’elles ont dans la vie individuelle, familiale et sur la fonction qu’elles peuvent avoir dans la transmission d’une génération à l’autre, ainsi que comme sources de l’histoire sociale et culturelle.

De la vie privée à l’écriture collective de l’histoire
La séance et les ateliers seront animés par Mesdames Isabelle Brunier, Annick Hislaire Martine Ruchat et Monsieur Dominique Zumkeller. Pour alimenter la discussion des thèmes pourront être privilégiés, soit : les archives du «voyage» (vacances, sports, immigration, émigration) ; les archives «économiques» (comptabilité ménagère, comptabilité d’un petit commerce, recettes alimentaires) ; les archives «urbaines» (la vie de café, la vie de quartier) et les archives intimes (le journal intime, la correspondance, l’autobiographie). Avec ces différents exemples et avec ceux qui seront présentés par les participant/e/s dans les ateliers, c’est à chaque fois le passage de ces fonds d’archives personnels à la possibilité d’une écriture collective de l’histoire qui sera privilégié.

Taxe d’inscription : CHF10

img1196.jpg

Voyage dans le temps au pays des Archives