Jeunes actifs : pas d’emploi sans toit dans les Savoie

par | 23 novembre 2023

La pénurie et la cherté des logements impactent la vitalité économique, entravant l’arrivée de nouvelles recrues. Pas d’emploi sans toit : c’est la quadrature du cercle en Haute-Savoie, tandis que la Savoie se prépare au même défi.

Les primo-actifs, les étudiants, les alternants, les apprentis et, bien sûr, les saisonniers, ne connaissent que trop bien la difficulté de trouver un logement abordable. Face à cela, les esprits convergent pour imaginer des solutions d’habitat intermédiaire, une version améliorée du foyer de jeunes travailleurs : c’est l’avènement des espaces de coliving (vie en communauté), offrant un loyer raisonnable, services et espaces communs inclus.

Le tissu économique participe au problème du logement des jeunes actifs, mais aussi à sa solution, à travers la PEEC (participation des employeurs à l’effort de construction) – plus connue sous le vocable de “1 % logement” –, versée par les entreprises d’au moins 50 salariés.

Comme en témoigne Noël Pétrone, directeur régional d’Action Logement (380 salariés), organisme unique de collecte de la PEEC : « Nous contribuons au soutien de la production d’offres nouvelles de logements, mais aussi, nous finançons les solutions innovantes de logements favorables aux jeunes actifs. »

Parmi ces solutions, il faut citer : le foyer de jeunes travailleurs La Clairière, à Chambéry, entièrement rénové et modernisé ; la résidence de coliving Le Roset, à Saint-Julien-en-Genevois, et les résidences Les Pixels, à Cran-Gevrier (Annecy), et Les Quais, près de la gare d’Annecy (logements temporaires meublés).

En région Aura, la PEEC se monte à 177 M€ en 2022 ; sur la Haute-Savoie, ce sont 11,9 M€, et 5,7 M€ en Savoie. Par ailleurs, Action Logement injecte des financements propres dans les territoires : « Sur la Haute-Savoie et la Savoie, nous avons investi respectivement 31 M€ et 10,4 M€ pour la production de logements abordables, mais aussi 12 M€ et 10,9 M€ d’aides et services aux salariés », détaille Armelle Berthomier-Vejus, directrice territoriale Savoie Mont-Blanc chez Action Logement (30 salariés à Annecy et au Bourget-du-Lac).

Les primo-actifs, les étudiants, les alternants, les apprentis et, bien sûr, les saisonniers, ne connaissent que trop bien la difficulté de trouver un logement abordable. Face à cela, les esprits convergent pour imaginer des solutions d’habitat intermédiaire, une version améliorée du foyer de jeunes travailleurs : c’est l’avènement des espaces de coliving (vie en communauté), offrant un loyer raisonnable, services et espaces communs inclus.

Initiatives associatives

Le milieu associatif apporte également sa pierre à l’édifice. Notons les initiatives de la Régie Coup de pouce, sur le bassin chambérien, et d’Arve Réfugiés, en Haute-Savoie, toutes deux lauréates d’un appel à projets de la Fondation Caisse d’épargne Rhône-Alpes (Cera) en faveur de l’accès au logement des jeunes de 18 à 26 ans.

Arve Réfugiés a reçu un prix de 15 500 € pour son action en faveur des réfugiés majeurs. À noter que 50 % de ses recettes relèvent du mécénat d’entreprise. Pierre-François Goy, cofondateur et secrétaire de l’association, relate : « Nous louons six appartements et nous rencontrons des personnes qui veulent bien louer pour élargir notre offre. Les apprentis sont en mesure de payer une partie du loyer. Mais d’autres sont sous le coup d’une OQTF [obligation de quitter le territoire français, NDLR] : du jour au lendemain, ils ne peuvent plus retourner en formation, ni travailler. Nous leur offrons le gîte et le couvert, et, bien plus encore, nous suivons leurs dossiers jusqu’à ce que leur situation soit régularisée. »

“1 toit, 2 générations”

La démarche de la Régie Coup de pouce est tout autre. L’association pratique et encourage la cohabitation intergénérationnelle à travers son dispositif “1 toit 2 générations”. Elle a perçu la somme de 10 000 euros de la fondation Cera. Alexandre Lomba, en charge du dispositif, expose : « Plusieurs territoires de Savoie s’intéressent à notre dispositif : Tarentaise, Cœur de Savoie, Haute-Maurienne, Avant-Pays savoyard… »

Face à ce succès, l’association voit même beaucoup plus loin : « Nous avons l’ambition d’inscrire la cohabitation intergénérationnelle au sein même des entreprises, avec un dispositif baptisé Coup de pouce Habitat. Imaginez qu’un jour, les salariés volontaires reçoivent un avantage pour héberger et faciliter l’intégration d’un nouveau collègue en galère de logement. Et que cela soit généralisé partout en France ! », rêve tout haut Alexandre Lomba.

Uxco installe un “coliving” premium à Archamps

Uxco Group, spécialisé dans la réalisation et gestion de résidences étudiantes (marque Uxco Student) depuis vingt-cinq ans, pénètre le marché du coliving à travers sa filiale Ecla, avec un premier programme en 2018 (Paris) et, à présent, celui d’Archamps.

Déjà propriétaire de la résidence Uxco Student et de l’hôtel Apart City à Annemasse, Uxco Group (500 M€ de CA ; 1 500 salariés) a jeté son dévolu sur l’ancien complexe Alliance, à Archamps, pour y installer une résidence de coliving XXL premium, à la faveur d’un tissu économique transfrontalier riche et prospère.

La pose symbolique de la première pierre a eu lieu le 3 novembre. La refonte du bâtiment, un investissement de 90 M€, a été confiée aux bons soins de l’architecte savoyard Patriarche. Ecla Archamps proposera 800 lits et 3 000 m² de parties communes comptant des salles de sport, de musique, de coworking et de cinéma, une laverie automatique, des lieux de détente, mais aussi un espace bar-restauration.

Porté par la filiale Océanis d’Uxco et financé par la Société générale, Ecla Archamps accueillera ses premiers locataires en 2025. Maël Aoustin, CEO et président du directoire d’Uxco Group : « Contrairement à d’autres projets, nous ne démolissons pas pour reconstruire : nous gardons le bâtiment existant, dans une démarche environnementale très forte qui consiste à conserver la structure actuelle et le béton, notamment, pour faire du logement. »

Le groupe Uxco est d’origine montpellieraine : il a été fondé par le tricolore HPC, qui ne détient plus, aujourd’hui, que 10 % du capital. L’actionnaire majoritaire est un fonds canadien, Brookfield (plus de 850 milliards de dollars d’actifs), détenteur de 90 % des parts d’Uxco Group, leader des résidences étudiantes et de coliving en France avec un total de 14 000 lits.

La résidence Ecla d’Archamps, est destinée à accueillir de jeunes actifs mais aussi des étudiants de deuxième et troisième cycles (master, doctorat). Maël Aoustin révèle ainsi : « Le propriétaire, mais aussi les élus locaux, se posaient beaucoup de questions sur l’avenir de ce bâtiment [Cf. Éco n°33-34 du 25 août dernier, NDLR]. Quand nous l’avons vu, nous avons compris qu’il y avait quelque chose à faire. C’était comme une évidence. Pourquoi ? Parce que la localisation est incroyable, stratégique. Nous sommes sur une zone ­économique importante, avec la proximité immédiate d’Arch’parc, ses entreprises, ses labos et ses startups. Il y a tout un écosystème favorable au logement. »

Concernant le coût locatif, rien n’est encore acté, selon le CEO : « Nous n’avons pas encore finalisé notre grille locative, c’est encore trop tôt. Le résident paie un loyer mensuel qui lui donne accès à tous les services inclus dans la résidence. Pour vous donner un exemple, sur un coliving en région parisienne – cela ne s’appliquera toutefois pas à Archamps –, les loyers sont compris entre 450 et plus de 1 000 €, sachant que les APL, en France, peuvent monter jusqu’à 300 € pour une personne seule en zone 1 [Ile de France, ndlr]. »

La coloc’ made in Savoie

Julien Lopez révolutionne la colocation depuis la Savoie avec son concept Bed and Friends.

L’ex-propriétaire du Mamie Jane à Aix-les-Bains (vendu en 2023) et ancien champion du monde de ski freeride (2009), Julien Lopez, a un faible pour la colocation : « J’ai toujours vécu en colocation, avec d’autres sportifs notamment… Ce sont les meilleures années de ma vie. »

Un beau jour, il a investi dans un appartement – « avec de la dette bancaire » – dans lequel il a développé, avec succès, un concept de colocation. Quatre autres ont suivi, et une application a été créée, en 2008, pour simplifier la partie administrative.

« La colocation, ce n’est pas juste un moyen de se loger sans se ruiner. L’idée, c’est surtout de partager des bons moments », plaide Julien Lopez, porté par de hautes ambitions. Prochaine étape : un site Internet pour « franchiser » son concept Bed and Friends, qu’il ouvre aux propriétaires de logements, dans lesquels il prévoit de désigner un « investimeur ».

Celui-ci est un locataire qui donne de son temps pour entretenir l’appartement et animer la “tribu”, moyennant compensation. « L’investimeur peut devenir propriétaire d’une part du logement ou percevoir un complément de revenu. »

0 commentaires

Découvrez également :

Alpina Savoie : 180 ans de grain à moudre

Depuis bientôt deux siècles, le meunier pastier Alpina Savoie alimente les rayons des magasins avec ses crozets, son couscous et ses pâtes au blé dur, ingrédient majeur de ses produits. Cette année, l’entreprise née Chiron célèbre ses 180 ans. Alpina Savoie est née...

LIRE LA SUITE

La Livettaz : Bassens prépare sa mue

Le rachat, par la municipalité de Bassens (73), du site de la Livettaz appartenant à l'hôpital spécialisé, initie un projet de refonte urbaine d'envergure, dont l'étude liminaire était présentée aux habitants, le 14 février. « Le point de départ, c’est la décision...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos ventes aux enchères immobilières >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS