Voilà des mois que les membres de l’association des Amis du Pressoir de ""Marsa, à Panossas, mettaient du cœur à l’ouvrage. Il faut dire que tout ce petit monde préparait d’arrache pied la fête de la noix du dimanche 17 avril. Mais voilà, le mauvais temps s’est invité à la fête. C’est sous des trombes d’eau que se sont déroulées les festivités. Malgré cela, le pressoir a repris du service. La foule était au rendez-vous et les affaires ont été fructueuses pour l’association.
Cette journée empreinte de nostalgie a fait des heureux. L’odeur de la noix chauffée et le bruit de la roue qui tourne ont séduit les visiteurs. Cette belle fête avait un goût d’authentique. D’ailleurs, tout ce qui était proposé à la vente est parti à une vitesse grand “V”. Il n’y en avait pas pour tout le monde ! Les tartelettes de noix, les pains aux noix, l’huile, les bûchettes de noix, les saucissons aux noix et les sacs de noix ont éveillé les papilles.
Rappelons qu’autrefois, il n’y avait pas que le Quercy qui était le royaume de l’huile de noix. Le Dauphiné était en effet une place forte. Si les plus belles “pièces” étaient réservées à la fabrication de la “Noix de Grenoble” (bonbons de la capitale iséroise) et autres confiseries, les cerneaux abîmés ou n’ayant pas la taille requise étaient broyés à la meule pour fournir l’huile de première pression à froid. Le reste de la pâte, chauffé, servait d’aromate en boulangerie. Les connaisseurs ne démentiront pas la saveur d’une salade de pissenlits ou de doucettes lorsqu’elle est accompagnée de ce condiment. C’est une sorte d’or… “liquide” que les cuisiniers, pâtissiers et confiseurs ne manquent pas d’user et d’abuser pour ajouter une petite touche personnelle à leurs créations.
Ce dimanche 17 avril, la bonne humeur était au programme et l’huile chaude a coulé à flot du côté de Panossas. La tradition de l’huile de noix fabriquée de manière artisanale, ça a du bon !
Carole Muet
""""

2017-05-06