La formation pour prévenir les accidents routiers

par | 26 Jan 2022

C’est sur la route qu’ont lieu une grande partie des accidents du travail les plus graves. Former les salariés pourrait prévenir ce risque.

En France, en 2020, 27 122 200  personnes actives étaient concernées par le risque routier professionnel et 39 % des accidents corporels de la route ont un lien avec le travail. Selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, les victimes d’un accident de la circulation lié au travail s’élevaient à 54 152 personnes. Plus de 13 800 d’entre elles ont été accidentées en mission et 40 350 sur le trajet domicile-travail. Si ces chiffres pèsent “seulement” pour 10 % de l’accidentalité du travail, ils équivalent à 40 % des accidents mortels avec 482 personnes tuées. La région Auvergne-Rhône-Alpes compte pour 10 % des chiffres nationaux. Dans l’Ain, en 2019, le nombre d’accidents de trajet s’élevait à 429, les accidents en mission à 104.

La formation salvatrice

Pour se prémunir, l’une des solutions réside dans la formation. Les membres du Syndicat mixte du parc industriel de la plaine de l’Ain ont ainsi déjà eu recours plusieurs fois aux stages de prévention. « Chez nous, le risque se concentre dans les déplacements domicile-travail ou les déplacements professionnels. Nous habitons tous plus ou moins loin du bureau et nous sommes nombreux à prendre l’autoroute », explique Audrey Ayrinhac, responsable sécurité et environnement. Ainsi, la totalité de l’équipe a pris part à un stage, soit, une petite quinzaine de personnes. Une expérience déjà réalisée dans les cinq années précédentes, ce qui permet d’actualiser et d’approfondir ses compétences.

« Je pense que la formation est la base de tout. Les entreprises qui le peuvent sont déjà organisées contre le risque routier. L’accès est peut-être plus difficile pour les petites entreprises, mais je les encourage à y avoir recours. Après un stage, nous sommes toujours plus prudents », appuie Stéphane Rostaing, président du Medef de l’Ain.

Entre autres sites de prévention possibles, le centre Centaure (L’Isle-d’Abeau, Isère) dispose, sur quatre hectares, de quatre plateaux d’exercices avec une ligne droite, deux pentes, l’une à 3 %, l’autre à 6 %, et un virage. Mêlant théorie et pratique, les stages sont certifiants et entrent dans le cadre de la formation professionnelle.

« Nous travaillons avec les salariés pendant un ou deux jours, autour de différents thèmes, comme la construction des accidents et comment les déjouer. Nous nous penchons sur la perte d’adhérence, comment elle se produit, mais aussi pourquoi. Est-ce dû à l’origine géographique ? Est-ce une problématique physique ou physiologique du conducteur ? Est-ce une conduite inadaptée ? Est-ce que les pneumatiques sont bien gonflés ? Nous essayons d’impliquer le collaborateur en le faisant participer. Des “presque accidents” on en a tous eu », développe Cathy Simon, directrice générale du centre. À l’année, un peu plus de 300 entreprises viennent se former à l’Isle-d’Abeau. « Nous réalisons des études de sinistralité qui nous permettent de constater une baisse de 40 à 50 % des accidents de la route un an après le stage. »


4,3 millions

Chaque année, les accidents du travail sur la route génèrent 4,3 millions de journées d’arrêts de travail.

79 jours d’arrêt

En moyenne, une victime d’un accident du travail sur la route est arrêtée 79 jours.


Joséphine Jossermoz

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Jeu Change mise sur le réemploi

Après avoir travaillé dans l’industrie du jouet, Juliette Maquaire lance Jeu Change, en avril dernier, une plateforme de jeux et jouets reconditionnés pour les particuliers. Son constat : 70 à 80 % des jeux et jouets, principalement fabriqués en Asie, ont une durée...

LIRE LA SUITE

Extension collège Péron © Département de l'Ain

Les collèges de l’Ain face au défi énergétique

Pour maîtriser la hausse des coûts de l’énergie, le Département affine sa stratégie dans la rénovation de ses établissements. « Nous travaillons sur le nouveau Plan collèges qui couvrira la période 2024-2030 : différents scenarii sont étudiés en associant les...

LIRE LA SUITE

20 ans Mécabourg

Le bel âge de Mécabourg

Le groupement des entreprises de la métallurgie fête ses 20 ans, mais préfère regarder devant. « Au départ, nous étions 13 entreprises, dont six au bureau. Les projets sont allés au-delà de ce que l’on pouvait espérer », a relevé Philippe Padet. « L’état...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest