A 29 ans, Alain Broyon est CEO de la société Dukascopy, leader technologique mondial dans le trading de devises. Rencontre avec un jeune et dynamique chef d’entreprise.

Pour commencer, renseignez-nous sur quelques leitmotive du milieu du Forex.
Le Forex est le plus grand marché financier du monde. Avec 3 trillions USD échangés chaque jour, il est environ 10 à 20 fois plus grand que le marché des actions. Il est ouvert 24 heures sur 24, 5 jours sur 7. Il permet d’utiliser un levier donnant ainsi la possibilité de multiplier les investissements voulus (entre 1-50 fois), et donc les revenus ou les pertes. Il s’agit d’une nouvelle classe d’actifs, cependant il faut garder à l’esprit que c’est un milieu risqué.

Grâce à votre système, tout un chacun peut-il agir sur le marché des changes?
Oui, tout le monde peut traiter dans la place de marché Swiss FX Marketplace. Cependant, il faut un minimum de 50’000 francs pour débuter. Il y a d’autres conditions informelles comme celles de connaître le marché et d’avoir de l’expérience.

En quoi Dukascopy dispose-t-elle d’une avancée technologique dans le trading de devises?
Dukascopy est à l’origine de la création de la place de marché Suisse des devises, la SWFX – Swiss FX Marketplace. Notre entreprise est connectée aux principales autres places de marchés FX au monde, faisant d’elle le plus grand centre de transactions mondial. Elle représente une nouvelle avancée technologique et permet donc aux clients de profiter d’une meilleure transparence et d’une qualité d’exécution. Cette technologie redessine le paysage de l’industrie forex, en liant les places de marchés via un point central: la Suisse.

Rapidement, comment fonctionne la liquidité interbancaire?
Il existe dans le monde des centaines, voir des milliers de brokers qui sont des ‘’Market Makers’’, mais il n’existe qu’une dizaine de places de marché. La liquidité de ces dernières est constituée principalement par les banques, mais également par ses clients (hedge fund, clientèle privée, …). Pour accéder à ces places de marchés, le client doit passer par sa banque, i.e. son prime broker. Dans ce marché, le prime broker sera la contrepartie de la transaction, même si l’initiateur de l’ordre est en fait un client qui passe par un prime broker. Ce système assure donc aux clients une sécurité pour la livraison de la transaction.

Quels liens avez-vous avec les banques centrales?
La place de marché Swiss FX Marketplace est ouverte à tous les clients, que ce soit des clients privés, hedge funds, banques ou banques centrales. Cependant, pour des raisons évidentes, nous ne pouvons mentionner les noms de nos clients ainsi que nos liens contractuels.

En quoi la Swiss FX Marketplace est-elle une plate-forme à la fois centralisée et décentralisée?
La SWFX (Swiss FX Marketplace) est une place de marché centrale qui est connectée aux principales autres places de marchés mondiales. Elle ne fonctionne pas de manière indépendante. Elle a des partenaires de grandes envergures, lui permettant donc de créer une place de marché de référence.

Au niveau de l’efficacité des transactions, comment faites-vous pour limiter au maximum les slippages?
Cette technologie a permis de créer la plus importante place de marché au monde, avec une énorme liquidité, cependant, vous avez raison, plus le spread est petit, plus le trader sera soumis à un slippage car l’actualisation des prix s’effectue à des fréquences très élevées. Il existe donc une possibilité de changement de prix entre le début de l’ordre et l’exécution finale. Cependant, afin de se protéger, les clients ont la possibilité d’utiliser des fonctions de contrôles du slippage, des ordres limites ou même la possibilité de placer l’offre et la demande dans le marché.

Pourquoi ne peut-on pas envisager le Forex ouvert 7j/7?
Nous savons que tout est possible, mais l’envie existe-t-elle, les banques et autres instituts financiers sont-ils prêts à supporter de tels coûts additionnels? J’en suis moins sûr.

Concrètement, comment et à quel moment Dukascopy gagne de l’argent?
Notre source de revenu est le volume des transactions. En fait, les clients paient une commission allant de 10 à 20 USD par million de USD traité.

Vous avez lancé un nouveau service auprès des banques suisses pour vos clients, pouvez-vous nous expliquer plus en détail ses avantages?
Le concept est très simple, il permet aux clients de conserver leur argent dans leur banque pendant qu’ils effectuent leurs opérations sur la SWFX. Il consiste en un échange de données automatique et permet donc aux clients d’optimiser leur portefeuille en bénéficiant de la sécurité de leur banque. Ce service est le résultat d’un processus à long terme adopté par notre société afin de séparer les activités du groupe: SWFX – Swiss FX Marketplace avec un service de dépôt délivré par les participants bancaires et la maison de courtage Dukascopy qui propose les services de trading en ligne et l’accès à la SWFX

Quels sont les objectifs pour Dukascopy et la SWFX ?
Nous souhaitons poursuivre notre croissance afin d’atteindre un volume de 100 milliards par jour, soit 10% du marché mondial des transactions spot.

img7287.jpg

Alain, Broyon, président, CEO de Dukascopy et Andre Duka, Director, CTO