Non, la marionnette n’est pas réservée aux enfants. «C’est un art universel et ancien qui a longtemps permis de tenir des propos subversifs, difficiles à porter par un acteur. La marionnette autorise une distanciation et de nombreux niveaux de lecture, relève Gaëlle Carié, responsable de la communication du théâtre de Bourg-en-Bresse. On joue aussi beaucoup sur le côté animé-inanimé. La mort est donc très présente, mais souvent de manière assez drôle.» C’est le cas du spectacle «Famous Puppet Death Scenes», succession de scènes de mort souvent drolatiques qui sera jouée au centre culturel d’Attignat les 16 et 17 février.

Car pour convaincre le spectateur de la pertinence de cet art, le théâtre de Bourg-en-Bresse, scène conventionnée marionnette et théâtre d’objets, organise du 9 au 19 février la Semaine Européenne de la Marionnette : 15 spectacles — dont trois seulement sont destinés au jeune public — et deux expositions répartis sur 14 communes du bassin de vie Cap3B. «Les gens d’Attignat ne vont pas forcément à Saint-Martin-du-Mont. Là, ils en ont l’occasion, note Gaëlle Carié. C’est aussi un moyen de montrer que toute la culture ne se passe pas à Bourg ou d’apporter la culture jusqu’à un public qui n’y viendrait pas forcément, leur faire découvrir l’émotion du spectacle vivant.»

Et pour inciter le public à bouger, cette itinérance est appuyée par la mise en place de navettes gratuites pour trois spectacles : «Avec des ailes immenses» à Saint-Denis-Lès-Bourg le 11 février, «Punch & Judy in Afghanistan» à Foissiat le 14 février et «Famous Puppet Death Scenes». Une opération avec le site covoiturage.ain.fr permet par ailleurs de bénéficier d’une place offerte pour quatre places réservées.

L’objectif de cette semaine est aussi de montrer l’art de la marionnette dans sa diversité, du point de vue technique (à fil, à gaine, sur table…), mais aussi avec de nombreuses nations représentées : France, Belgique, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Norvège et Suisse pour le côté européen de l’événement, mais aussi Chine, Russie et Canada.

Pour le jeu entre l’animé et l’inanimé, le théâtre accueillera une exposition intitulée «Ici reposent» où les marionnettes gisent dans des boîtes et sarcophages, mémoires enfouies dont seules quelques pensées émergent au détour d’un « confessionnal ». A H2M, on explorera davantage les coulisses de cet art, avec un focus sur différentes créations, des objets, des photos ou encore des notes de mise en scène.

Le détail du programme : www.theatre-bourg.com/sem