Jean Lessi, secrétaire général de la Commission nationale de l’informatique et des libertés, appelle à un débat démocratique sur les technologies de « safe city ».

Lire l'article originel >>