Au cours de l’hiver 2005/2006, la consommation suisse de courant a augmenté de 3,0 % par rapport à la période comparable de l’an dernier. C’est ce que montrent des statistiques qui viennent d’être publiées par l’Office fédéral de l’énergie.

Conso plus élevée que les pronostics
La consommation est nettement plus élevée que tout ce qui avait été pronostiqué. Les raisons principales de l’augmentation importante intervenue l’hiver passé sont le développement économique positif, les besoins croissants en confort d’une population elle-même en croissance ainsi que les basses températures. La production des centrales nucléaires a atteint les valeurs attendues, alors que celle des usines hydrauliques a été beaucoup plus faible du fait de la longue période de sécheresse. Ceci fait qu’environ 20 % de la consommation suisse a dû être couverte par des importations au cours de la période considérée.

Un été torride dope aussi la consommation
L’été actuel bien plus chaud que la moyenne va entraîner un “boom de consommation électrique“, surtout à cause des climatiseurs, congélateurs et autres frigos. L’offre sur les marchés internationaux est actuellement faible et les prix d’autant plus élevés. La raison est que beaucoup d’unités thermiques ont des problèmes de refroidissement liés aux températures élevées et au manque d’eau de refroidissement, à côté du fait que l’été est volontiers utilisé pour les révisions.

De nouvelles centrales et lignes sont nécessaires
La consommation d’énergie électrique augmente continuellement depuis la seconde moitié des années 90. Si une telle croissance se poursuit, la Suisse aura besoin tous les six à sept ans d’une capacité de production nouvelle de la dimension de Gösgen ou Leibstadt, soit 1000 Mégawatt. Cependant, aucune nouvelle grande unité n’a été mise en service depuis longtemps. La „Prévision 2006 sur l’approvisionnement de la Suisse en électricité jusqu’en 2035/2050“ de l’Association des entreprises électriques suisses, AES, met clairement en évidence les dangers de cette situation: nous nous dirigeons tout droit vers une situation de pénurie. Une sécurité d’approvisionnement tournée vers l’avenir ne peut s’accommoder d’une stratégie d’importation. D’autant moins que le courant devient aussi rare et donc cher à l’étranger également. Une production point trop étriquée ainsi que le renouvellement et le développement des réseaux dans le pays sont les conditions incontournables d’une sécurité d’approvisionnement élevée.

img467.jpg

Si une telle croissance se poursuit, la Suisse aura besoin tous les six à sept ans d’une capacité de production nouvelle de la dimension de Gösgen ou Leibstadt, soit 1000 Mégawatt