Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, qui porte le texte au menu jusqu’à mercredi, y voit « une étape » vers une « fiscalité du XXIe siècle, plus juste et plus efficace ».

Lire l'article originel >>